Cancers et nutrition, des liens avérés

0
1655
cancer et nutrition

Environ un quart des cancers peuvent être attribués à une mauvaise nutrition. Les chiffres les plus récents publiés par l’Institut national du cancer confirment que l’alimentation est l’une des grandes sources de risques. Une alimentation trop carnée ou/et trop pauvre en fibres accroît les risques.

 

En France métropolitaine, on recense chaque année 385 000 nouveaux cas de cancers (211 000 pour les hommes, 174 000 pour les femmes) et 149 500 décès (chiffres 2015). Les cancers les plus fréquents sont ceux du sein, de la prostate, du poumon, du côlon-rectum….

 

Consommation de viandes rouges

 

L’une des causes avérées des cancers colorectaux tient à l’alimentation. La consommation de viandes rouges (bœuf, veau, mouton, agneau, porc, chèvre) et de charcuteries (viandes conservées par fumaison, séchage, salage ou addition de conservateurs) augmente nettement le risque de cancer colorectal. Le risque est augmenté de 29 % par une portion de viande de 100 g par jour et de 21 % pour une portion de charcuterie de 50 g par jour.

Lire : Viande, cancer et antioxydants

 

Nitrates, nitrites, cytokines… suspectés

 

Selon les scientifiques, ce phénomène tient à un apport de nitrates et de sels nitrités, très présents dans la charcuterie. L’ingestion de nitrates ou de nitrites semblerait entraîner la formation endogène de composés N.nitrosés (CNO) probablement cancérogènes pour l’homme. Les nitrites ingérés sont classés dans un groupe 2 d’agents probablement cancérogènes pour l’homme. Les radicaux libres et certaines protéines très spécifiques, les cytokines pro-inflammatoires liés à l’excès de fer héminique, sont également suspectés.

Lire : Viande, alimentation et cancer colorectal

 

Obésité, alcool, manque de fibres

 

D’autres facteurs alimentaires aggravent les risques de cancer : le manque de fibres alimentaires (fruits, légumes, légumineuses, céréales…), l’obésité, l’alcool…. Certaines personnes cumulent ces défauts alimentaires et présentent un très mauvais profil nutritionnel.

 

La loi de modernisation du système de santé adoptée en 2016  propose des mesures en matière de prévention nutritionnelle, notamment dans la lutte contre l’obésité, ou l’étiquetage nutritionnel. On peut se demander si la riposte est à la hauteur des risques.

 

JC Nathan

 

Sources : http://www.e-cancer.fr

AUCUN COMMENTAIRE