La dysphagie, une déglutition à problèmes

0
954

Beaucoup de personnes ressentent une forte gêne au moment de la déglutition. C’est la dysphagie, un symptôme lié à plusieurs pathologies du larynx et de l’oeosophage.

 

 

La dysphagie se caractérise par une sensation de gêne et de difficultés lors de la déglutition. Ce n’est pas une maladie mais un symptôme de diverses pathologies autour du larynx, du pharynx et de l’œsophage. Par exemple la pharyngite, l’angine, les cancers oropharyngés, les sténoses peptiques (rétrécissement du calibre de l’ œsophage). Dans divers cas, ces problèmes de déglutition sont liés à du stress, de l’anxiété, de problèmes émotionnels.

 

 

La société et le monde médical ont longtemps mésestimé cette affection. Une dysphagie peut être source de fortes douleurs et même empêcher de se nourrir normalement. Un grand nombre de personnes en sont victimes (on évoque le chiffre de 15% de la population). Selon certaines études, 30 à 70% des personnes âgées en EHPAD sont touchées par ce mal. Les conséquences sont parfois sérieuses : amaigrissement en raison des difficultés d’alimentation, complications respiratoires liées aux « fausses routes » ou à la stagnation des aliments dans l’œsophage, etc…

 

 

Plusieurs dysphagies

 

 

Il y a plusieurs types de dysphagies (oropharyngée, oesophagienne), selon le niveau où elle sévit : pharynx, sphincter supérieur de l’œsophage, corps de l’œsophage, sphincter inférieur de l’œsophage. Ces différentes parties doivent travailler de façon synchronisée afin de propulser les aliments de la bouche jusqu’à l’estomac et prévenir un reflux vers l’œsophage. Quand ce n’est plus le cas, il y a une grande difficulté à avaler et à déglutir.

 

Des progrès à faire

 

Selon une étude réalisée par Sodexo, leader mondial de la restauration collective, la grande majorité (85%) des personnels soignants perçoivent la dysphagie comme un sujet prioritaire dans la prise en charge des résidents en Ephad. D’ailleurs, le personnel de ces établissements est habitué à couper les aliments en petits morceaux ou à les mixer. Certains patients sont même alimentés avec des liquides.

Pour autant, de l’avis même du milieu soignant, des progrès sont à réaliser en matière de formation pour améliorer cette affection très courante.

 

JC Nathan

 

Sources : www.snfge.org

 

Sodexo dévoile le 1er Baromètre de la dysphagie