Le gluten en cause dans une maladie de reins

0
1381
glomérule

gloméruleLe gluten exacerbe chez les souris la maladie des reins, dite maladie de Berger. Leur état s’améliore avec un régime sans gluten. Cette découverte va faire l’objet d’une recherche sur l’homme.

 

Le gluten pourrait être l’un des facteurs aggravants d’une maladie des reins, la maladie de Berger (néphropathie à IgA). La découverte faite par une équipe du Centre de recherche sur l’inflammation (Inserm, CNRS, Université Paris-Diderot), implanté à l’hôpital Bichat, relance les questionnements sur les effets négatifs du gluten.

 

Des molécules identifiées lors des inflammations

 

La maladie de Berger touche près de un pourcent de la population mondiale. La France déclare 1500 cas nouveaux chaque année, souvent chez de jeunes adultes. La néphrophatie à IgA évolue dans 20 à 30% des cas sur une grave insuffisance rénale. Elle se traduit par une production trop élevée d’un anticorps (glycoprotéine), des immunoglobulines A de classe 1 (IgA1). Ces molécules s’accumulent par paquets dans l’un des constituants du rein, le glomérule rénal, dont le rôle est de filtrer le sang et de le détoxifier.

Les chercheurs ont découvert des relations entre les molécules participant à la maladie de Berger et des molécules identifiées lors des inflammations de l’intestin caractéristiques de l’intolérance au gluten (maladie coeliaque).

 

La santé des jeunes souris s’améliore

 

Des essais ont été menés sur des souris atteintes de la maladie de Berger. Lorsqu’elles sont soumises à un régime sans gluten, la santé des souris s’améliore. On observe une moindre accumulation d’immunoglobuline et de protéines associées dans les reins. Dès que l’on reprend un régime avec gluten, la maladie des reins réapparaît rapidement.  Le régime est efficace mais uniquement sur les jeunes souris.

 

Traitements nouveaux

 

Le professeur Renato Monteiro, néphrologue, chef du service d’immunologie du CHU de Bichat a annoncé le lancement d’une étude clinique auprès de patients atteints de la maladie de Berger. Le but est de mettre au point des traitements nouveaux, par exemple en recourant au régime sans gluten. Divers scientifiques soulignent néanmoins que le gluten a déjà été cité dans le passé dans les recherches sur la maladie de Berger, sans que cette piste débouche sur des résultats plus probants.

 

JC Nathan

 

Sources :

www.inserm.fr/actualites

De meilleurs reins sans gluten. Pascale Santi. Le Monde. Mercredi 6 mai 2015

Photo : Wikipédia. Glomérule touché par une glomérulopathie lors d’une transplantation.

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE