L’index insulinique, un nouvel indicateur

0
34164
pain insuline glycémie

pain insuline glycémieAu lieu de retenir uniquement l’index glycémique (mesure du taux de sucre dans le sang), certains nutritionnistes s’intéressent à l’index insulinique.

 

L’index insulinique est une mesure de l’insuline dans le sang. C’est un indice proche de l’index glycémique. L’index glycémique (IG) donne une mesure du taux de glucose (sucre) dans le sang. Les aliments peuvent ainsi être classés selon l’élévation de la glycémie (sucre dans le sang) qu’ils provoquent. Lire Les aliments à fort index glycémique.

 

 

Index glycémique élevé

 

 

Les aliments à fort indice glycémique (riz blanc, bananes, pain, pâtes raffinées…) font monter rapidement le taux de sucre (hyperglycémie). Le pancréas produit alors de l’insuline, une hormone chargée de métaboliser le glucose et de faire baisser le taux de sucre. C’est la retombée de la glycémie (hypoglycémie), les à-coups, qui risquent de déclencher des comportements alimentaires désordonnés et de faire prendre du poids. Lire Index glycémique : un indicateur à suivre

 

 

Forte réponse insulinique

 

 

L’index insulinique mesure directement le taux d’insuline dans le sang. En général, l’index glycémique et l’index insulinique sont hautement corrélés. Mais des scientifiques ont mis en évidence que certains aliments contenant peu d’hydrates de carbone (sucres, amidon, cellulose..) déclenchaient de fortes réponses insuliniques. Typiquement, la viande a un index insulinique élevé. Les produits très riches en protéines, les yaourts, les viennoiseries riches en gras… déclenchent ainsi des fortes décharges d’insuline, disproportionnées par rapport à leur index glyclémique.

 

 

Un profil insulinique propre à chacun

 

 

La réponse insulinique est propre à chaque individu et chaque métabolisme. La nutritionniste Brigitte Fichaux a observé chez certains de ses patients des relations entre diverses manifestations d’intolérance alimentaire (maux de tête, eczéma, colites, diarrhées…) et l’élévation anormale du taux d’insuline (question relatée dans son ouvrage La cuisine minceur durable chez Terre vivante).

 

En d’autres termes, certains aliments en apparence anodins sur l’échelle glycémique (pain complet de blé ou de seigle, yaourts, lait UHT, viande rouge…) provoquent d’importantes réponses insuliniques, donc des phases d’hypoglycémie chronique, et divers troubles de santé. La nutritionniste note d’importantes améliorations chez les patients éliminant les produits à forte réponse insulinique chez  eux.

 

 

JC Nathan

Sources : La cuisine de la minceur durable. Marie Chioca et Brigitte Fichaux. Terre vivante. mai 2015.

Photo : http://foodings.blogspot.fr

AUCUN COMMENTAIRE