Alimentation anti-inflammatoire, la voie royale de la santé

0
785
alimentation anti-inflammatoire

L’alimentation anti-inflammatoire est certainement l’alpha oméga d’une bonne santé. Dommage que cela ne soit pas enseigné à l’école.

 

 

Les états inflammatoires chroniques (inflammations sur une longue période) sont le mal du siècle. La liste des maux et des maladies  liés à de l’inflammation chronique est impressionnante : asthme, arthrite, arthrose, accidents cardio-vasculaires (infarctus du myocarde, AVC), diabète, sclérose en plaques, maladies du système digestif (maladie de Crohn, etc), voire cancers…

 

Protéines inflammatoires

 

Les scientifiques n’ont aucun doute : un certain type d’alimentation encourage l’inflammation chronique et une activation quasi permanente des défenses immunitaires contre un agresseur fictif. Selon une étude américaine menée sur une longue période (plus de 20 ans) et un large panel de femmes et d’hommes, une forte consommation de viande rouge, charcuterie, produits ultratransformés, sucres,  produits raffinés… se traduit par une hausse de la concentration de protéines inflammatoires dans le sang. Ce profil favorise la formation de plaques d’athérome sur les parois des artères et élève (jusqu’à + 40%) les risques d’accidents cardiovasculaires.

 

Lire : Lutter contre les inflammations par l’alimentation

 

 

Inflammation et risques de diabète

 

 

D’autres recherches ont établi des liens entre une alimentation trop riche (des cellules chargées en gras), des états inflammatoires qui vont porter atteinte au pancréas, et le diabète . Certaines cellules (cytokines) favorisant l’inflammation se retournent contre les cellules productrices d’insuline et facilitent l’apparition du diabète.

 

 

Bénéfices santé

 

 

A l’opposé, les travaux scientifiques ne manquent pas, qui prouvent que la consommation de fruits et légumes, de thé, café, vin rouge, et tous les aliments riches en anti-oxydants, est associée à une diminution des protéines inflammatoires et donc à des risques cardiovasculaires nettement moins élevés, et à d’autres bénéfices santé.

 

Des aliments riches en omega-3 comme les noix, les poissons gras, etc… ont semble-t-il un quasi-effet préventif vis-à-vis des états inflammatoires. Ajoutés aux aliments précédemment cités (en gros, ceux de la diète méditerranéenne), ils constituent une excellente assurance santé.

 

Aurélie Laroche

 

Sources :

Dietary Inflammatory Potential and Risk of Cardiovascular Disease Among Men and Women in the U.S. Journal of the American College of Cardiology. Novembre 2020

 

Infos-diabete