Ménopause et alimentation

0
62
femmes menopause

La ménopause est une période délicate pour les femmes, confrontées à une transformation du fonctionnement de leur corps. L’alimentation est l’un des registres à suivre pour adoucir les effets de ce changement.

 

La ménopause, arrêt des règles pendant plus d’un an, survient aux alentours de la cinquantaine et provoque une carence hormonale. C’est la période de la vie où le capital d’ovocytes donné à la naissance, s’épuise. Les taux d’œstrogènes et de progestérone deviennent erratiques. Cela entraîne de nombreuses conséquences sur le plan cardiovasculaire, sur le tissu osseux, et même pour le fonctionnement cérébral.

 

 

Le rôle des oestrogènes

 

 

Car de façon invisible, les oestrogènes concourent avant la ménopause à de nombreuses fonctions. Ils régulent la pression artérielle, participent à la prévention de l’athérosclérose…), jouent un rôle essentiel en faveur de la formation du tissu osseux et de la préservation de la densité minérale, stimulent les capacités cognitive (concentration, mémoire…) via une action anti-inflammatoire et antioxydante.

 

Une fois la ménopause survenue, ces effets bénéfiques se dissipent. En plus des bouffées de chaleur, des troubles du sommeil, ou de la prise de poids, il faut aussi craindre, à des degrés divers selon les personnes, des risques cardio-vasculaires accrus et des problèmes osseux (l’ostéoporose bien sûr).

 

Une bonne hygiène de vie

 

Dans certains cas, mais pas dans tous, un traitement hormonal de la ménopause sera conseillé. En revanche, il semble qu’une bonne hygiène de vie (exercice physique, exposition au soleil de 15 à 30 minutes par jour, alimentation adaptée) contribue fortement  à la préservation de la santé une fois dépassé le cap hormonal.

 

La consommation de produits laitiers et riches en calcium (deux à trois produits laitiers par jour, et de l’eau riche en calcium), l’exposition suffisante au soleil (15 à 30 minutes par jour) pour produire la vitamine D, vont contribuer à la santé osseuse. L’exercice physique va aider à maintenir la qualité osseuse. Cet exercice est en outre associé à la réduction du risque de maladies cardiovasculaires et de cancers.

 

Question alimentation, il est recommandé d’éviter ou de réduire l’alcool, la caféine (café, thé…) pour limiter les bouffées de chaleur, le tabac (pour limiter les risques cardio-vasculaires). Pour limiter la prise de poids et l’augmentation de la masse graisseuse, il est nécessaire d’équilibrer l’ensemble de l’alimentation : réduire fortement la charcuterie, les plats industriels, les plats en sauce, etc ; privilégier une alimentation diversifiée de poissons, viandes blanches, céréales, fruits, légumes

 

 

Quid des compléments alimentaires

 

Les femmes touchées par la ménopause sont souvent tentées de soulager leurs maux avec des compléments alimentaires, notamment les phytoestrogènes contenus dans le soja ou dans diverses plantes comme le trèfle rouge, l’actée à grappes noires. Mais ces produits bénéficient rarement du blanc-seing des autorités sanitaires pour revendiquer des bénéfices santé incontestables.  En outre, il est déconseillé aux femmes ayant des antécédents de cancer du sein ou de l’utérus de prendre des plantes contenant des phytoestrogènes.

 

Aurelie Laroche

 

Sources : Inserm

Vidal