NASH, le foie malade du gras

0
241
NASH foie gras non alcoolique

NASH, l’acronyme pour le foie gras non-alcoolique ou stéato-hépatite, est une maladie de plus en plus répandue, conséquence directe d’un mode d’alimentation et d’un mode de vie dégradés. Une prise de conscience s’impose.

 

 

NASH veut dire Non Alcoholic Steatohepatitis, c’est-à-dire la stéato-hépatite non-alcoolique. C’est un stade avancé et grave de la maladie du foie gras non-alcoolique, l’une des plus fréquentes maladies hépatiques chroniques dans le monde.  Certains observateurs estiment qu’il s’agit d’un véritable problème de santé publique qui toucherait aux alentours de 20% de la population, en particulier les personnes en surpoids (celles souffrant d’un syndrome métabolique) et les diabétiques.

 

 

Graisses dans le foie et inflammation des tissus

 

 

La stéato-hépatite se caractérise par l’accumulation de cellules de graisses dans le foie.  Dans sa forme aggravée (NASH), il y a inflammation des tissus du foie. Des lésions au foie peuvent apparaître comparables à celles provoquées par l’alcoolisme (un tissu cicatriciel apparaît dénommé fibrose).  La stéatose-hépatite accroît les risques d’infarctus du myocarde  et d’accidents vasculaires.

Lire aussi : Le foie trop gras, une maladie silencieuse

 

La maladie risque d’évoluer vers une cirrhose ou une grave insuffisance hépatique, et d’entraîner des complications telles que cancer du foie, atteintes rénales… Elle est crainte par les médecins car elle a tendance à évoluer silencieusement (on parle de maladie asymptomatique).

 

 

Syndrome métabolique, facteur de risque

 

 

La NASH (ou foie gras non-alcoolique) est directement liée à la dégradation de l’alimentation et à la surconsommation de produits gras et sucrés. Les graisses saturées sont incriminées mais les sucres transformés en triglycérides et stockés dans le foie sont tout autant problématiques.  L’accumulation de graisses sur la ceinture abdominale, typique du syndrome métabolique, est un facteur de risque de « foie gras ».

 

 

Changement de mode de vie

 

 

On assiste à une prise de conscience du milieu médical et une volonté de renforcer la coordination entre différents spécialistes (hépatologues, diabétologues, cardiologues, généralistes…) afin de renforcer la prévention. C’est tout l’objet du Nash Education Program. L’une des premières actions pour limiter les risques d’un tel dérèglement est de rééquilibrer l’alimentation et de reprendre une activité physique. Un changement de mode de vie est indispensable pour enrayer l’apparition de la NASH.

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : The Nash Education Program

www.international-nash-day.com

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE