Nutrition et cancers : relations étroites

0
246
tratiement cancer

 tratiement cancerLes preuves de relations étroites entre nutrition et cancers se multiplient. Certains facteurs nutritionnels aggravent les risques de cancers alors que d’autres jouent un rôle protecteur.

 

Le nombre de nouveaux cas de cancers déclarés chaque année est de 355 000 et le nombre de décès est de 148 000 (chiffres 2012).  Les plus fréquents (et aussi les plus mortels) sont ceux de la prostate, du sein, du côlon-rectum et du poumon. Si les facteurs génétiques jouent un rôle dans l’apparition de cancers (moins de 10%), les facteurs de risque « évitables » liés au mode de vie et au comportement sont à l’origine de 40% des cas.

 

Les derniers travaux de l’Institut national du cancer (INCa) publiés en juin 2015 soulignent l’importance de la nutrition dans l’apparition de la maladie ou à l’inverse de sa prévention.

 

Cinq facteurs de risques  principaux

 

– Les boissons alcoolisées ont une responsabilité dans les cancers des voies aérodigestives

(bouche, pharynx, larynx et oesophage), du côlon-rectum, du foie et du sein 2

– Le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque pour les cancers de l’oesophage, du pancréas, du côlon-rectum, du sein (après la ménopause), de l’endomètre, de l’ovaire, du rein, de la vésicule biliaire, du foie, de la prostate, et de divers autres (lymphome hodgkinien et non hodgkinien, leucémie…).

– Les viandes rouges et charcuteries ont une responsabilité dans l’apparition de tumeurs du côlon-rectum

Le sel et les aliments salés pour le cancer de l’estomac

– Les compléments alimentaires à base de bêtacarotène à forte dose (> 20 mg/jour de bêtacarotène), pour les affections atteignant le poumon

et l’estomac

 

Facteurs nutritionnels protecteurs

 

Plusieurs facteurs nutritionnels renforcent la protection de l’individu contre l’apparition de cancers.

– Les fruits et légumes protègent des cancers des voies aérodigestives (bouche, pharynx,

larynx et oesophage) et de l’estomac. Les fruits apportent une protection contre le cancer du poumon.

– Les fibres alimentaires jouent un rôle contre les affections cancéreuses du côlon-rectum et du sein.

– Les produits laitiers auraient tendance à protéger du cancer colorectal.

– L’allaitement jouerait un rôle préventif contre celui du sein.

 

En parallèle de l’alimentation, l’activité physique réduit les risques de plusieurs cancers (côlon, poumon, sein, endomètre…).

 

Pour l’INCa, les derniers travaux sur les relations entre alimentation et cancers étayent solidement les grandes recommandations publiques en matière de santé et nutrition : réduire la consommation de boissons alcoolisées, avoir une alimentation équilibrée et diversifiée,  et dans un domaine connexe, pratiquer une activité physique, choisir l’allaitement pour les femmes enceintes.

 

JC Nathan

 

Source : Nutrition et prévention primaire des cancers : actualisation des données.

 

http://www.e-cancer.fr

photo : Communication du CHU de Poitiers

www.chu-poitiers.fr