Les adultes encouragent l’alcool chez les jeunes

0
122
adultes jeunes alcool
friendship, people and entertainment concept - close up of man with beer bottle and friends at home

Les adultes ne freinent pas la consommation d’alcool chez les jeunes, voire les y encouragent. Une grave erreur, estiment les spécialistes.

 

Les adultes, les jeunes et l’alcool. Un mauvais  trio. L’attitude globale des adultes, vis-à-vis des jeunes, en matière d’alcool, pose problème. 70 % des  adultes (plus de 18 ans) ne s’opposent pas en France à ce que de jeunes adolescents goûtent de l’alcool lors d’une fête. 30% l’acceptent même pour des jeunes de moins de 15 ans. Un sondé sur trois pense que « les fêtes de fin d’année sont le bon moment pour faire goûter de l’alcool aux enfants ». C’est le résultat d’un sondage de la Ligue contre le cancer publié en décembre dernier.

 

Lire aussi : L’alcool chez les jeunes, un niveau préoccupant

 

 

Un cerveau vulnérable aux substances psychoactives

 

Cette enquête corrobore une autre donnée : « En France, un enfant goûte de l’alcool pour la première fois à l’âge moyen de 14 ans », rappelle l’Association Addictions France. On voit ainsi perdurer ces traditions désuètes et irréfléchies d’une initiation à l’alcool des plus jeunes, pratiquée de longue date dans diverses régions françaises. Ce laxisme a de quoi surprendre. Il est de notoriété publique que le développement du cerveau est très lent et que la prise d’alcool à un jeune âge est totalement déconseillé. « Le cerveau de l’adolescent, à cause de son processus de maturation inachevé, est plus particulièrement vulnérable aux substances psychoactives, dont l’alcool », estiment les spécialistes. Selon les neurosciences, le cerveau est totalement mature aux environs de 25 ans.

 

Lire : L’alcool nuit au cerveau des jeunes filles

 

 

De plus en plus jeunes

 

 

Mais ces enseignements scientifiques semblent méconnus et surtout totalement balayés par l’euphorie des fêtes de fin d’année. Le sondage confirme ce dont on se doutait, à savoir une place trop festive de l’alcool dans les familles et une sous-estimation des risques liés à l’alcool chez les jeunes. Les jeunes boivent de plus en plus jeunes et très souvent sans modération. 8,4% des jeunes de moins de 17 ans ont une consommation régulière (au moins dix fois dans le mois) ; 44% ont une alcoolisation ponctuelle importante chaque mois (20% pour les jeunes de 14-15 ans).

 

La Ligue contre le cancer, bien placée pour constater une partie des dégâts causés par l’alcool (l’une des grandes causes du cancer) monte au créneau contre ce laxisme ambiant. « Il est plus que temps en 2024 de mettre fin à cette ambiguïté délétère et de porter clairement des messages de prévention accompagnés d’actes concrets, comme cela commence à être le cas pour le tabagisme », alerte Daniel Nizri, président de la Ligue contre le Cancer.

Il reste urgent de demander aux pouvoirs publics davantage de sévérité dans l’application de la loi, et aux parents, une prise de conscience des réels dangers de l’alcool pour tous, à commencer par leurs enfants.

 

Lire aussi : La médecine combat le lobby de l’alcool

 

JC Nathan

 

Sources : www.liberation.fr