Stopper le tabac sans grossir

0
76
tabac grossir

Beaucoup de personnes craignent de stopper le tabac de peur de grossir. Pourtant, il est possible de ne pas laisser les kilos remplacer la cigarette.

 

Il est courant au moment où l’on arrête de fumer de prendre plusieurs kilos : entre 2,5 et 5 kilos, en moyenne, parfois davantage. Les gros fumeurs sont les plus à risque. Les femmes semblent avoir plus tendance à prendre du poids que les hommes.

 

 

Les causes de la prise de poids

 

 

Plusieurs phénomènes expliquent cette prise de poids. Au moment du sevrage, la quantité d’énergie consommée par l’organisme au repos (métabolisme de base)  va diminuer de 5 à 15%. En effet, quand vous fumiez un paquet de cigarettes, vous brûliez sans vous en apercevoir environ 100 calories. Second phénomène, une moindre oxydation des graisses, maintenant que vous ne fumez plus. Et enfin, une plus forte consommation de calories, liée à des phénomènes comportementaux (grignotage) et à de vrais raisons physiologiques.

 

 

La fin du coupe-faim

 

 

Auparavant, la nicotine opérait un peu comme un coupe-faim en agissant, via les hormones, sur l’appétit, la faim, la satiété. Avec l’arrêt du tabac, la personne retrouve de l’odorat, du goût et de l’appétit. Cet appétit a de fortes chances de se porter vers des aliments gras ou sucrés, tout simplement parce que les gras et les sucres jouent sur ce que l’on appelle les circuits de la récompense, jusque là très activés par la nicotine.

 

 

Protéines et fibres

 

 

On peut en adoptant un régime approprié atténuer cette tendance au gras et au sucre et donc aux kilos. Il va falloir privilégier les protéines (de toutes origines, produits laitiers, viande, poissons, céréales, légumineuses, soja…), les fibres  (céréales si possible complètes, légumineuses, fruits, légumes) qui génèrent davantage de satiété.

 

Les spécialistes conseillent aussi de fractionner davantage les repas, en faisant un vrai petit-déjeuner et en se permettant une ou deux collations dites équilibrées (fruits, fruits secs, yaourt…).

 

 

Hydratation et exercice

 

 

Il est également recommandé de s’hydrater au maximum (1,5 litres à 2 litres) : de l’eau, des boissons chaudes, mais de jus de fruits. Cela permet notamment d’éliminer les toxines.   L’exercice physique est fortement recommandé. Cela peut être une marche de 30 minutes par jour, des sorties plus fréquentes à vélo, des randonnées le week-end.

 

 

L’aide des plantes

 

 

Les plantes peuvent donner un petit coup de pouce pour passer le cap difficile du sevrage. La stévia, plante connue pour son pouvoir sucrant, est l’une de ses plantes. Le millepertuis qui aurait la capacité de stimuler plusieurs hormones bénéfiques (sérotonine, dopamine…) semble aider à vaincre la dépendance à la nicotine.  De même, les plantes relaxantes (verveine, valériane…) aident les fumeurs à gérer leur état de nervosité.  Pensez aussi au renfort des huiles essentielles (lavande vraie, orange douce, bergamote, verveine exotique…).

 

JC Nathan

 

Sources : www.santemagazine.fr

Passeport santé

 

 

 

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE