Sucre et hyperglycémie, source d’états dépressifs

0
130

Le sucre et tous les aliments générant une forte glycémie (taux de sucre dans le sang) sont suspectés de contribuer à des états dépressifs.  En 2014, une étude menée sur des femmes ménopausées âgées de plus de 54 ans a montré un risque élevé de dépression lié à une consommation élevée de produits sucrés ou à fort indice glycémique (pâtisserie, pain blanc, sodas…)

 

Des synapses altérés

 

Ce n’est pas la première fois que des études accusent le sucre. En 2012, une étude menée à l’Université de Californie à Los Angeles a montré que des rats soumis à un régime riche en fructose perdait des capacités d’acquisition et de mémorisation, et que les synapses de leur cerveau étaient altérés. Une autre étude présentée à Neuroscience 2014, le colloque annuel de la Société des Neurosciences mettait en évidence une baisse de la  résistance au stress de rats consommant beaucoup de fructose et donc l’apparition de symptômes de dépression et d’anxiété. Cet effet dépressif était nettement marqué chez des sujets adolescents.

 

L’hypoglycémie et l’hyperglycémie déstabilisatrices

 

Globalement, on avait déjà constaté que les états d’hypoglycémie, corrolaire de l’hyperglycémie,  généraient des vagues de fatigue et des variations d’humeur (irritabilité, déprime…). Bref, que les pics de sucre impliquaient des manques très déstabilisants pour l’organisme et le cerveau. Mais il se peut que les incidences soient plus fortes qu’on ne le croyait.

 

L’un des mécanismes mis en lumière par les scientifiques est la dégradation du fonctionnement cérébral lié à la résistance à l’insuline. Cette hormone qui régule le taux de glucose dans le sang, contribue aussi au fonctionnement des cellules cérébrales et des connexions synaptiques. La baisse de la production d’insuline jouerait ainsi négativement sur les fonctions cognitives.

 

Aurélie Laroche

 

Sources : http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/09/sucre-cerveau-memoire-depression-stress-senilite-on-fait-point_n_7031354.html

Emory Health Sciences. « High-fructose diet in adolescence may exacerbate depressive-like behavior. » ScienceDaily. ScienceDaily, 18 November 2014. <www.sciencedaily.com/releases/2014/11/141118141852.htm>.

 

http://www.sciencedaily.com/releases/2014/11/141118141852.htm

AUCUN COMMENTAIRE