Comment découper une mangue

0
694
mangue découpe

mangue découpeQui n’a pas « massacré » une mangue en la découpant n’importe comment ? L’Obs vous donne la méthode pratique.

 

Choisir une mangue à point

 

A l’achat, la mangue doit être assez ferme mais pas totalement dure. Un test : appuyez doucement le pouce sur la mangue, près du pédoncule. Votre doigt doit laisser une légère empreinte, preuve de la maturité du fruit. Ne vous fiez pas aux traces rouges sur la peau. Une mangue peut être verte et mûre, ou rouge et pas assez mûre. Tout dépend de la variété.

 

Coupez en deux le long du noyau

 

Placez le couteau en haut du fruit, près du pédoncule, et coupez vers le bas, en longeant au plus près le noyau plat de la mangue. Répétez l’opération une seconde fois : vous obtenez une part de mangue contenant uniquement de la chair, et une part contenant la chair et le noyau.

Pour bien visualiser l’opération, cette vidéo :

 

 

Détailler la chair

 

Première méthode : avec la pointe d’un couteau fin, marquez la chair en quadrillage, en appuyant bien jusqu’à toucher l’écorce du fruit. Retournez ensuite le fruit sur lui-même, en pressant sur la peau bombée de la mangue, pour faire ressortir en relief les dés de mangue. Ensuite, consommez en détachant chaque petit morceau de mangue de  la peau. Tous les gourmands réussissent cette étape-là. N’oubliez pas de récupérer la chair qui entoure également le noyau !

 

Seconde technique : le verre

Moins connue mais tout aussi efficace. Choisissez un verre si possible avec des bords fins, et d’un diamètre assez large, pour englober la largeur de la mangue. Placez une des moitiés de la mangue côté chair vers le bas, contre le verre. Appuyez sur le verre pour que le bord de celui-ci vienne entamer la chair et racler contre la peau. Avancez doucement, en appuyant toujours fermement, pour que le bord du verre décolle progressivement la peau. La moitié de mangue va tomber dans le verre une fois entièrement décollée, et vous n’aurez plus qu’à la couper en dés de la taille souhaitée.

 

Hortense Allain-Launay

AUCUN COMMENTAIRE