Aurelia Warin, porte-parole des animaux de ferme

0
324
Protection Animaud de Ferme

Protection Animaud de Ferme

« L’Homme doit se montrer responsable et respecter les animaux de ferme. »

 

Quelle est la cause défendue  par la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) ?

 

La PMAF (www.pmaf.org) se donne pour mission d’informer sur les conditions d’élevage des animaux et d’essayer de les améliorer. L’Homme élève les animaux pour s’en nourrir. Il les a sélectionnés, domestiqués ; il leur impose des conditions de vie. Il doit donc se montrer responsable et les respecter. Les animaux de ferme (veaux, cochons, poules….) sont des êtres sensibles qui ressentent des émotions comme la joie, la peur, le stress… Les personnes qui ont des animaux de compagnie comprennent très bien cela.

 

Pourquoi nombre de consommateurs ne voient pas cette dimension ?

 

Avec l’urbanisation et l’essor de circuits de distribution modernes, les gens se sont éloignés des animaux. Ils ne font plus le lien entre la viande et l’animal, entre un nugget et un poulet. D’ailleurs, les animaux sont concentrés dans les élevages, véritablement cachés. Sur un paquet de lardons ou de jambon, vous ne verrez jamais une image de porc. Rien ne vient évoquer le fait que l’aliment provient d’un animal.

 

Comment offrir aux animaux d’élevage une qualité de vie minimale ?

 

Pour tous les animaux de ferme, l’accès à l’extérieur est essentiel. Mais il existe rarement. En France, 95% des cochons sont élevés sur caillebotis (lattes en béton), avec un espace vital de moins d’un mètre carré par animal. Ils ne voient pas le jour. Ils ne peuvent fouir (fouger) dans le sol. Or, c’est un besoin vital pour eux. Du coup, ils deviennent agressifs et se mordent. On leur coupe la queue, alors que le porcelet n’a que quelques jours, pour éviter le cannibalisme. Un cochon qui a une queue en tire-bouchon, c’est rare ! C’est un cochon qui vit dans de bonnes conditions, en exprimant ses comportements naturels.

 

Votre mouvement a beaucoup combattu pour améliorer les conditions d’élevage des poules pondeuses…

 

Une première réglementation européenne a été édictée en 1999, appliquée  en 2012. Avant 2012, une poule élevée en batterie était enfermée dans une cage, avec par animal une surface inférieure à une feuille A4. Aujourd’hui, elle dispose d’un peu plus d’espace et d’un perchoir à quelques centimètres au-dessus du sol, car la poule a besoin de se percher. Tout cela est encore très insuffisant. Nous nous battons pour un accès en plein air et davantage d’espace. Les gens doivent choisir davantage des oeufs de poules élevées en plein air, qui sont d’ailleurs de moins en moins cher.

 

Le transport des animaux est une autre de vos actions prioritaires ?

 

Des chevaux – en provenance de Pologne par exemple, des veaux d’Irlande, des cochons… sont transportés pendant des heures, voire des jours, et endurent parfois d’énormes souffrances. Nous essayons de faire appliquer la réglementation européenne, par exemple en organisant des formations de gendarmes. Et nous militons contre le transport de longue durée : il faut des abattoirs de proximité pour ne plus avoir de transports supérieurs à huit heures.

 

 

Que peut faire le consommateur sensible à la cause des animaux de la ferme ?

 

Il peut agir au quotidien en choisissant des aliments issus d’animaux ayant été correctement élevés : label rouge pour la volailles,  agriculture biologique. Certaines marques privées comme EQC (Engagement Qualité Carrefour…) fixent des règles d’abattage plus exigeantes que  la réglementation européenne. Chacun peut, bien sûr, aider avec un don à des mouvements tels que le nôtre.

 

La PMAF

Créé en 1994 par Ghislain Zuccolo et Charles Notin, avec l’aide de Compassion In World Farming, la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) rassemble 30 000 membres et donateurs. L’association est totalement indépendante et ne bénéficie directement d’aucune aide publique pour mener à bien sa mission.

En 2014, la PMAF va ouvrir au public une ferme refuge, la Hardonnerie, à Vauquois dans la Meuse, qui recueille des animaux maltraités issus de l’élevage intensif (poules, canards, dindes, oies, lapin, chèvres, moutons, cochons…).

 

Le site de la PMAF : www.pmaf.org

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE