Du rififi dans la banane bio

0
667
banane

Les producteurs de bananes de Guadeloupe et de Martinique ont une dent contre la banane bio. Au Salon de l’Agriculture, ils ont dénoncé la concurrence déloyale de « fausses » bananes bio. Des bananes cultivés dans des pays hors de la zone euro qui brandiraient le label européen Agriculture biologique, sans respecter toutes les règles.

 

Selon les 600 producteurs antillais réunis au sein de l’Union des groupements de producteurs de bananes, ces bananes provenant d’Amérique Latine Costa-Rica, de République dominicaine, de Colombie ou du Pérou, respectent peut-être les critères bio de leur pays d’origine mais pas ceux plus stricts de l’Union européenne. Ces bananes seraient ainsi parfois traitées avec des substance actives illicites en Europe ou via des épandages aériens non autorisés.

 

Les producteurs attaqués ont prestement réagi en portant  l’affaire en référé. La Justice leur a donné raison et a ordonné de faire cesser la campagne de communication. Selon l’Agence Bio, les bananes importées de pays tiers, comme les autres produits, ne peuvent arborer le label bio qu’à la condition de respecter les règles équivalentes à celles de l’agriculture biologique en Europe, et de se soumettre à des contrôles équivalents. Le consommateur averti n’est pas obligé de prendre à la lettre les propos rassurants de l’Agence Bio. Le label bio, quelque soit son sérieux, n’empêche pas certains producteurs de contourner ou détourner les cahiers des charges.

 

Ce même consommateur peut aussi s’interroger sur la qualité des bananes produits en Martinique, bananes qui représentent la moitié de la production française et une bonne part de la consommation.qui ne parviennent pas à décrocher de label bio. Les bananeraies antillaises ont été gravement polluées dans le passé par les traitements au chlordécone, un antiparasitaire chargé d’éliminer le charançon. Lire Chlordécone, un  contaminant persistant aux Antilles

 

Depuis le chlordécone a été interdit et les cultivateurs ont tenté de surmonter le problème de la pollution des sols. Ils ont aussi réduit l’usage de pesticides et tentent de se rapprocher des critères bio. Mais c’est un travail de longue haleine. Lire La banane des Antilles se passe de pesticides

 

JC Nathan

 

Sources : www.consoglobe

 

 

AUCUN COMMENTAIRE