La pêche électrique et la tristesse des chefs

0
138
pêche industrielle électrique

Malgré la mobilisation des grands chefs de cuisine en 2017 emmenés par l’ONG Bloom, la pêche électrique semble en voie de se banaliser.

 

 

Contre la pêche électrique, un choeur s’était formé en 2017 unissant chefs prestigieux et défenseurs de l’environnement. Il semble que cette union sacrée soit en train de perdre la partie.

 

 

Paralyser les poissons

 

 

La pêche électrique (électropêche, electrofishing) consiste à paralyser des poissons à l’aide de câbles électriques posés au fond de la mer et à capturer les poissons remontant à la surface. Les défenseurs de l’environnement estiment que ce mode de capture porte atteinte aux juvéniles et à de nombreuses espèces (en particulier les poissons plats enfouis, soles, turbots…) et abîme grandement les milieux marins.

 

 

Vers l’autorisation de la pratique

 

 

Suite à une très forte mobilisation, le Parlement européen avait voté à une large majorité en janvier 2018 l’interdiction totale et définitive de la pêche électrique en Europe. Mais les lobbies ont la peau dure et celui des pêcheurs néerlandais semble très efficace. Moins d’un an plus tard, selon l’association Bloom, les négociations européennes entre la Commission, le Conseil de l’Union européenne et le Parlement, s’acheminent vers l’autorisation de cette pratique. Et cela semble-t-il avec le consentement implicite du gouvernement français qui s’est peu mobilisé.

 

 

Une nouvelle pétition de Bloom

 

 

L’ONG Bloom relance une pétition en s’appuyant sur un « quarteron » de grands chefs qui disent avec leurs mots et leur sensibilité, leur effroi devant le saccage de la nature. Ainsi,  Olivier Roellinger explique : « la surpêche industrielle dévaste les océans. La mer, garde-manger de l’humanité est en danger. La pêche électrique est la plus dévastatrice des pêches industrielles. Elle détruit sans discernement, sur son passage tout le vivant. Et nous savons tous que nous venons tous que la vie vient de la mer ».

 

 

« Des braconniers de la mer jetaient des bombes… »

 

 

De son côté, Michel Guérard raconte avec des mots très choisis comment la pêche électrique lui rappelle « ces braconniers de la mer qui en leur temps jetaient la nuit  bombes au carbure qu’ils faisaient exploser pour récupérer les poissons morts remontant à la surface de l’eau. » Selon lui,  cette pêche électrique aux relents de ruine et de désolation, est pratiquée par des pirates. »

On verra si le gouvernement français et le président de la République, directement interpellé, sont sensibles à ces prises de position.

 

 

JC Nathan

 

Liste des chefs mobilisés contre la pêche électrique :

Olivier Roellinger, Président de Relais & Châteaux, les maisons de Bricourt (35)-  Christopher Coutanceau, Maison Coutanceau à la Rochelle (17) – Michel Guérard, Les Prés d’Eugénie à Eugénie les Bains (40) – Régis Marcon, Régis & Jacques Marcon à Saint-Bonnet le Froid (43)-  Julien Dumas, Lucas Carton à Paris –  Julien Lucas, La Table du Connétable à Chantilly (60)

 

Carte interactive pour identifier les chefs et leurs restaurants : https://www.bloomassociation.org/wp-content/uploads/2018/10/chefs.html

 

AUCUN COMMENTAIRE