Code nutritionnel : Carrefour hors-jeu

0
69
étiquetage nutritionnel

étiquetage nutritionnelLe distributeur Carrefour lance au printemps prochain son code nutritionnel pour identifier la qualité nutritive des aliments. Une initiative contestée par les milieux de la santé et les mouvements consuméristes, qui vient parasiter le projet en cours du ministère de la santé.

 

Carrefour lance son code nutritionnel. Baptisé « A quelle fréquence », ce pictogramme de couleur apposé sur les produits préemballés de la marque Carrefour (plats cuisinés, conserves, charcuteries…) indique la fréquence à laquelle on peut les consommer. Picto vert consommation trois fois par jour pour les bons produits; picto violet, à consommer de temps en temps (produits très gras ou nocifs), etc.

 

Lobby des industriels

 

En temps normal, l’initiative du distributeur aurait été applaudi puisqu’elle semble viser à favoriser des comportements alimentaires plus sains. Mais elle tombe (comme par hasard) au moment même où le ministère de la Santé étudie un étiquetage nutritionnel qui serait imposé aux industriels de l’agro-alimentaire. Cette initiative décisive de santé publique est l’une des propositions du rapport Hercberg remis il y a quelques mois à Marisol Touraine, ministre de la Santé. Elle est combattue avec une très grande vigueur par le lobby des industries alimentaires.

 

 

Aucune expertise indépendante

 

Une large majorité de professionnels de la santé, de la diététique et de la nutrition, et de la prévention contre les grandes affections (cardio-vasculaires, diabète, obésité, cancers…) dénonce l’initiative de Carrefour, jugée contre-productive et source de confusion pour le consommateur. Leurs arguments sont clairs : le code Carrefour et les recommandations nutritionnelles ne reposent sur aucune base scientifique et sur aucune expertise indépendante.

 

Pizza au fromage une fois par jour

 

Les messages diffusés sont aberrants. Par exemple, une « pizza au fromage » va être étiquetée, à consommer  « une fois par jour » ; la boîte de petits pois « trois fois par jour ». Le code nutritionnel Carrefour a supprimé la cinquième catégorie, celle des aliments les plus problématiques (catégorie rouge dans la proposition Hercberg). Or, l’une des raisons d’être d’un code nutritionnel est d’attirer l’attention sur des produits alimentaires vraiment nocifs pour la santé dès lors qu’on les consomme souvent.

 

Appliquer la recommandation Hercberg

 

Une pétition (http://www.sfsp.fr/petition-nutrition.htm) lancée par 33 sociétés savantes et associations, circule qui regroupe déjà une liste impressionnante de grands professionnels de la santé. Elle demande aux parlementaires et aux pouvoir publics d’appliquer le principe d’étiquetage nutritionnel tel qu’il a été recommandé dans le rapport Hercberg. Elle demande à Carrefour de reporter momentanément son initiative qui réduit la portée de l’action publique en cours.

 

JC Nathan

 

Sources : UFC Que choisir

Illustration : www.marketing-pgc.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration : www.marketing-pgc.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE