Des étiquettes qui informent le consommateur

0
310
etiquette consommateur

Une loi importante sur l’étiquetage des produits alimentaires et l’information des consommateurs vient améliorer la « transparence » des circuits.

 

 

Dans le droit fil de la loi EGalim, les parlementaires viennent d’adopter un projet de loi en faveur de la transparence de l’information sur les produits alimentaires. Parmi les dispositions importantes, la loi rend obligatoire l’étiquetage de l’origine des viandes de porc, de volaille, d’ovin, de caprin et de la viande hachée bovine (l’étiquetage était  obligatoire  uniquement pour la viande bovine non hachée).

 

 

Plus de steacks végétaux

 

 

La loi confirme l’interdiction d’utiliser des dénominations réservées aux produits d’origine animale (comme steacks, saucisses…), pour promouvoir des produits à base de protéines végétales. Lire sur ce sujet : Steacks végétaux et laits végétaux en quête de nom. L’appellation  »fromage fermier » pourra être maintenue en cas d’affinage à l’extérieur de l’exploitation, notamment pour les petits producteurs fermiers, sous réserve d’une information claire du consommateur », indique le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

 

 

Origine des vins vendus en bouteille ou au verre

 

 

Parmi les autres nouvelles dispositions,  les restaurants, bars, débits de boissons vont devoir afficher la provenance ou la dénomination de l’AOPIGP des vins vendus en bouteille, pichet ou verre. L’étiquetage des bières devra être plus précis (mention du nom et l’adresse du producteur). En 2021, l’étiquetage de l’origine des miels et de la gelée royale sera obligatoire. Une mesure qui va permettre enfin de comprendre quel miel on consomme et quelle qualité on peut lui attribuer.

 

 

Alimentation saine et durable

 

 

Globalement, ces mesures vont dans le sens du respect du consommateur et de sa liberté de choix. Issue des États généraux de l’alimentation (EGalim) qui se sont tenus au second semestre 2017, la Loi EGalim entendait contribuer à rééquilibrer les relations commerciales dans le secteur agricole et à favoriser une alimentation saine et durable. Le respect du  consommateur est un autre aspect indissociable de ces problématiques.

 

Eric Allermoz

 

Sources : agriculture.gouv.fr

Photo: David Afriat Le Devoir

AUCUN COMMENTAIRE