Du poulet gonflé d’eau pour les pauvres

0
154
fraude associations

Des escalopes de poulet gorgées d’eau distribuées à des associations humanitaires. L’arnaque alimentaire aux associations deviendrait-elle une habitude ?

 

 

Du poulet gorgé d’eau distribué à des associations humanitaires… Des contrôles de l’administration viennent de révéler que 360 tonnes d’escalopes de poulet, à la teneur en eau anormalement élevée, avaient été distribuées aux Restos du cœur, aux banques alimentaires, à la Croix-Rouge et au Secours populaire en l’espace de quelques mois depuis la mi-2018. En nombre de portions, cela ferait environ 3,6 millions d’escalopes, a traduit sur les ondes de France Info le président des Banques alimentaires, Jacques Bailet.

 

 

Aide aux plus démunis

 

 

Le fournisseur délictueux (une entreprise danoise) opérait dans le cadre du Fonds européen d’aide aux plus démunis, qui soutient depuis sa création en 2014, l’aide alimentaire fournie par les Etats et les associations caritatives aux personnes démunies. Le FEAD soutient l’assistance matérielle, alimentaire, vestimentaire, etc. aux personnes dans le besoin. Il est doté de 3,8 milliards sur la période 2014-2020.

 

 

Sérieux problème éthique

 

 

Cette fraude n’était pas de nature à mettre en danger la santé du public aidé par les associations humanitaires. En revanche, elle pose une fois encore, après le scandale des « faux steacks » (780 tonnes de steacks composées principalement d’abats et de déchets avaient été distribuées à des associations caritatives) un sérieux problème éthique  et met de nouveau en cause la responsabilité des principaux opérateurs concernées, à commencer par FranceAgriMer, établisssement public en charge de capter les aides européennes et de soutenir les filières agro-alimentaires.

 

Lire : Steack haché, une mixture qui pose problème

 

Ce n’est pas la première fois que l’organisme se fait « épingler ». En 2016, il s’était déjà fait attaqué pour « manque de transparence et un défaut de contrôle interne et de prévention des risques ».

 

JC Nathan

 

Sources :

AUCUN COMMENTAIRE