Faire son compost

0
129
compost

Le compost, si on en a la possibilité d’en faire, est une jolie façon de participer à la protection de l’environnement. Voici quelques rappels pour réussir son compost.

 

Le compost, terme qui vient de l’ancien français « composé, mélangé » est un engrais naturel provenant de la décomposition de déchets verts organiques (plantes, déchets alimentaires…). Il est riche en humus et en éléments nutritifs, idéal pour fertiliser le jardin et le potager.

 

 

Processus de fermentation

 

 

Le compostage consiste à mélanger et entasser les déchets organiques de façon à initier un processus de décomposition. Des micro-organismes (champignons, bactéries…) et des macro-organismes (fourmis, mille-pattes, vers…) se développent alors en se nourrissant des sucres et de la cellulose. C’est le processus de fermentation qui permet une transformation des déchets en un engrais de qualité.

On estime qu’un bon tiers de nos déchets sont recyclables en compost. Soit la bagatelle d’une centaine de kilos par habitant et par an.

 

 

Mettre au compost

 

– Les déchets de cuisine (riches en azote)

Il s’agit en général de déchets dits verts, humides, azotés : fruits et légumes abîmés, coquilles d’œuf, marc de café, épluchures et fanes, mauvaises herbes….

-Les déchets carbonés  Les feuilles mortes, fleurs fanées, brindilles, branches cassées, copeaux de bois, paille….

On peut mettre aussi au compost du papier et du carton (enveloppes kraft, boites d’œuf, serviette papier, essuie-tout….) mais il faut penser à les réduire en petits morceaux…

 

Mieux vaut éviter

 

– Les agrumes (citrons, oranges, pamplemousses) en grande quantité. Leur acidité élevée peut déséquilibrer le pH du compost et perturber la décomposition.

– Les fruits trop mûrs ou pourris qui peuvent attirer les nuisibles, comme les mouches et les rongeurs.

– Les déchets trop durs (branches, os, noyaux, racines…) qui ont du mal à se décomposer

 

Ne pas composter

 

– Les plantes porteuses de maladie

– Les mauvaises herbes

– Les fruits et légumes malades

– Les restes de viandes, poissons, laitages… qui risquent d’attirer mouches et rongeurs

– Les mégots

– Les synthétiques, le plastique, le verre, les métaux, les bois vernis ou peints, les agglomérés,

 

Les bons gestes

 

– Bien mélanger les déchets

– Eviter les déchets trop gros ou trop durs

– Remuer et aérer le compost (surtout au début du compostage) afin d’apporter de l’oxygène aux bactéries. Ramener à l’aide d’une fourche les couches inférieures sur le dessus. Les petites branches permettent d’aider à aérer.

– Maintenir un bon taux d’humidité (ni trop humide, ni trop sec). Dans un milieu trop sec, les micro-organismes meurent.

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : ademe