Le beurre, risque d’inflation en vue

0
56
beurre

Le prix du beurre augmente. Un classique effet d’offre et de la demande est à l’origine de cette hausse. Serait-ce un signe précurseur d’inflation ?

 

 

Le prix du beurre est en train d’augmenter fortement. Sur les trois derniers mois de l’année, la hausse atteint +33%. Les cours du beurre se situent désormais à environ 6 000 euros la tonne sur le marché Eurex, le second marché mondial à terme. Les analystes signalent qu’on se rapproche d’un pic historique de 7 000 euros atteint en 2017 qui avait entraîné une pénurie dans certaines grandes surfaces.

Lire : Le prix du beurre

 

 

L’offre en train de fléchir

 

 

A l’origine de cette hausse soudaine, une simple question de déséquilibre entre l’offre et la demande. Depuis quelques mois, la production européenne de lait (française en particulier) a fléchi, conséquence de cours du lait trop bas. En France, les agriculteurs sont nombreux à abandonner une activité qui ne rapporte plus assez. Sur une année (octobre 2020 à octobre 2021), le nombre de producteurs a baissé de 4%. Le cheptel de vaches laitières a diminué de 2,3% sur un an.

 

 

Moins rentable que les fromages

 

 

Dans le même temps, la production de beurre en Europe a chuté de 7,7%. Explications. Il faut environ 22 kilos de lait entier pour faire un kilo de beurre. Autrement dit, le beurre est un produit laitier moyennement rémunérateur, moins rentable que des produits fromagers.  Lorsque les cours du lait sont faibles, et l’offre de lait moins abondante, le beurre n’est pas le produit que les producteurs vont tenter de défendre (d’où la baisse de production près de 8%).

 

 

La demande chinoise

 

 

Or, il s’avère que la demande mondiale de beurre, tirée par une Chine qui met de plus en plus de beurre dans sa cuisine.  La Chine est le premier importateur mondial de produits laitiers avec 11,1 milliards d’euros d’achats. La France est le 5ème fournisseur de produits laitiers de la Chine (4 à 500 millions d’euros), derrière la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Australie.

 

 

La demande de beurre chinoise (environ 41 000 tonnes) pèse lourdement sur les cours du beurre. Or, pour des raisons encore peu claires, cette demande a bondi en 2020 et en 2021, comme si les Chinois constituaient des stocks. On assiste ainsi à une situation paradoxale où les producteurs de lait sont découragés par des cours du lait très faibles, tandis que les prix du beurre bondissent. Le beurre, nouveau maillon pour une reprise d’inflation ?

 

JC Nathan

 

Sources : www.réussir.fr

www.usinenouvelle

 

 

AUCUN COMMENTAIRE