Le modèle alimentaire français des trois repas

0
463
modele francais trois repas

modele francais trois repasLes Français ont un modèle alimentaire fort basé sur la prise de trois repas. Mais il est probable que ce modèle, essentiellement social, va évoluer à l’avenir.

 

Les Français restent très attachés à leur modèle alimentaire, fondé sur la convivialité et la commensalité, c’est-à-dire le partage des repas avec d’autres (du latin commensalis, compagnon de table).

 

Le fast-food pour manger ensemble

 

Dans un document récent (« Se nourrir pour demain, critique d’une uniformisation annoncée), les experts de l’Observatoire Cniel* des habitudes alimentaires (Ocha) rappellent que cette conception traditionnelle du modèle alimentaire est encore très généralisée. Selon des études récentes, la première motivation des adolescents se rendant dans un fast-food est justement de se retrouver et de partager le repas.

 

Trois repas structurés

 

Le modèle français se fonde plus précisément sur la prise de trois repas structurés. Ces repas qui comprennent plusieurs plats sont pris à heures régulières. En dehors des repas, on mange peu. Il est intéressant de constater que cette organisation est fortement défendue par nombre de nutritionnistes qui luttent contre les méfaits du grignotage à toute heure.

 

En dehors des repas

 

Aux Etats-Unis, les collations en dehors des repas représentent plus d’un cinquième des apports caloriques quotidiens. En France, les prises hors repas apportent environ 10% des calories de la journée. La possibilité de consommer à toute heure de la journée des aliments industrialisés, le plus souvent trop gras ou trop sucrés, est généralement considérée comme l’un des grands facteurs d’obésité à travers le monde.

 

Une norme sociale

 

Combien de temps le modèle français va-t-il encore perdurer, s’interrogent les spécialistes. Selon Jean-Pierre Poulain, sociologue et anthropologue, cette norme n’a rien d’une norme scientifique. « C’est une norme sociale qui résulte d’une organisation particulière des emplois du temps (semaine des 40 heures) qui, à partir des années 60, s’impose comme un modèle de progrès social. » Avant l’époque du salariat et du travail de bureau, la société française était organisée sur le modèle des campagnes, à savoir deux grands repas.

 

Le petit-déjeuner, maillon fragile

 

Le modèle « trois repas structurés » n’est pas gravé dans le marbre. Sans pouvoir décrire le modèle de demain, les experts soulignent qu’il est dynamique, donc changeant ! A cet égard, le petit-déjeuner est l’un des repas les plus fragiles du modèle français, en particulier chez les jeunes. En 2003, 79% des adolescents prenaient un petit-déjeuner chaque jour (étude Crédoc avril 2013). En 2010, ils ne sont plus que 59%. La place et l’importance du premier repas pourraient bien évoluer dans le futur, entraînant une redistribution des calories dans la journée.

 

JC Nathan

 

Sources :

Combien de repas par jour ? Normes culturelles et normes médicales en Polynésie Française
Jean-Pierre Poulain  http://jda.revues.org

http://www.lemangeur-ocha.com

www.nutripro.nestle.fr

* Cniel : Centre national interprofessionnel de l’industrie laitière

Photo :  kzenon banque d’image 123 rf

AUCUN COMMENTAIRE