Pêche en eaux britanniques, le conflit ouvert

0
156
peche accord britannique

Le conflit post Brexit sur la pêche entre la France et le Royaume-Uni vient encore de s’aggraver. Une incroyable dégradation des relations entre la France et son ancien partenaire européen.

 

 

Le conflit de la pêche avec les Britanniques ne cesse de s’aggraver. Le gouvernement français a annoncé un durcissement des contrôles dans la Manche. Paris a annoncé en Conseil des ministres une possible interdiction de débarquement de produits de la mer  britanniques en France en novembre. Il faut savoir que les pêcheurs anglais vendent une majeure partie de leurs poissons dans six ports français.

 

 

Crise majeure entre la France et la Grande-Bretagne

 

 

D’autres mesures sont envisagées par l’Europe et la France : renforcement des contrôles sanitaires, douaniers et de sécurité des navires britanniques ; contrôles très renforcés des camions à destination et en provenance du Royaume-Uni . Depuis quelques mois, le litige ne cesse de dégénérer au point d’arriver à une crise majeure entre la France et la Grande-Bretagne.

 

 

La fin des accords européens

 

 

Pour comprendre la situation, il faut reprendre l’histoire au départ. Suite au Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne), les accords européens qui régulaient la pêche au large de la Grande-Bretagne et des îles anglo-normandes (Jersey, Guernesey, îles à quelques encablures des côtes bretonnes), ne s’appliquent plus. Finis les quotas nationaux décrétés par Bruxelles, en fonction de la zone et de l’espèce pêchée.

 

Pour mémoire environ 500 navires français pêchaient dans les eaux britanniques et les Européens (non britanniques) prélevaient environ 60% du tonnage de poisson pêché dans les eaux du Royaume-Uni. Les pêcheurs des Hauts de France et de Normandie réalisaient 40% de leur pêche dans les eaux britanniques.

 

Renoncement à un quart des quotas de pêche

 

L’accord commercial signé en décembre 2020, à la veille de la sortie définitive de la Grande-Bretagne, a établi qu’en juin 2026 les Européens renoncent à 25% de leurs quotas de pêche dans les eaux britanniques.

 

Entre 2021 et juin 2026, se déroule une période de transition au cours de laquelle les pêcheurs européens (dont les français) peuvent continuer à pêcher dans ces eaux, sous réserve d’obtenir une licence, licence délivrée s’ils prouvent qu’ils pêchaient déjà dans ces eaux sur la période 2012-2016.

 

Guerilla administrative

 

S’en est suivi tout au long de l’année 2021 une guerilla administrative, les Anglais refusant d’accorder les précieuses licences pour cause de dossier incomplet, ou les accordant de façon temporaire. Dans les zones de pêche posant problème (zone des 6-12 milles des côtes britanniques et îles anglo-normandes), les Britanniques ont accordé environ 210 licences définitives alors que la France estime qu’elle a droit au double.

 

Même si le conflit se dissipe en partie, les pêcheurs européens vont être parmi les gros perdants du Brexit. Le Parlement européen a voté des financements à hauteur de pour indemniser les pêcheurs irlandais, néerlandais, et français en particulier.

 

 

JC Nathan

 

Sources : www.lemonde.fr

www.touteleurope.eu