Protection animale, les ONG en travers du transport

0
55
protection animale

Les ONG spécialistes de la protection animale font pression sur l’Europe pour améliorer le transport des animaux vivants.

 

Durant l’après-midi du 30 novembre 2021, les ONG européennes spécialisées sur la protection animale, ont manifesté devant les locaux du Parlement européen pour faire pression sur les instances européennes et faire adopter une règlementation plus stricte en matière de transport des animaux.

 

Il s’agit d’influer sur un rapport et des recommandations en cours au Conseil et à la Commission européenne sur le transport d’animaux vivants. En janvier, le Parlement européen doit délibérer également sur cette question.

 

 

Plus d’un milliard d’animaux

 

 

Plus d’un milliard d’animaux (veaux, vaches, cochons, moutons, agneaux, chevaux, volaille) sont transportés vivants au sein du marché unique chaque année. En vue d’être engraissés ou pour être abattus, des animaux sont envoyés de France vers l’Espagne, l’Italie, mais aussi vers des pays plus éloignés tels que la Grèce ou le Liban, et voyagent parfois pendant plusieurs jours.

 

Lire aussi : Stop à l’élevage des animaux en cage

 

 

Souffrances graves

 

 

Selon Welfarm et d’autres ONG, les animaux transportés par fortes chaleurs endurent des souffrances graves (faim, soif, blessures) et le règlement européen (cf note bas d’écran) est loin d’être suffisant pour les protéger. Les animaux sont très stressés, soumis à des brutalités. Ils tombent parfois à l’intérieur des camions, ou se blessent en montant ou en descendant.

 

Lire aussi : Interdire la souffrance des poissons

 

 

Interdire les transports de plus de huit heures

 

 

Welfarm demande à ce que soient interdits les transports d’animaux vivants de plus de huit heures, et que soient respectées des températures adaptées aux espèces transportées. Enfin, que soient interdites les exportations d’animaux vivants vers des pays tiers pour les remplacer par du transport de carcasses.

 

Le sujet est loin d’être anecdotique sur le plan économique. Le transport d’animaux vivants représente un volume d’activités énorme de 8 milliards d’euros pour les échanges intra-européens et d’un peu moins de 3 milliards d’euros pour les exportations vers des pays tiers. Mais les instances européennes doivent désormais apprendre à prendre en compte les lobbies de protection du monde animal, portés par une opinion publique davantage sensibilisée.

 

 

JC Nathan

 

Source : Welfarm.fr

Note : Règlement CE 1/2005 relatif à  la protection des animaux pendant le transport.

Les moutons et les bovins peuvent être transportés jusqu‘à 29 heures consécutives sous réserve d‘un arrêt d‘une heure, sans déchargement des animaux, après 14 heures de route. Pour les porcs, ils doivent être déchargés après 24 heures de transport, pour une période de repos de 24 heures. Les veaux peuvent être transportés durant 19 heures, avec un arrêt d‘une heure après 9 heures de transport, puis 24 heures de repos (au bout de la période de 19 heures) avant de poursuivre le trajet si nécessaire.

AUCUN COMMENTAIRE