Réchauffement climatique, un risque pour le vin français

0
70
climat réchauffement vin

climat réchauffement vinLe réchauffement du climat pourrait toucher de plein fouet les viticulteurs et le monde du vin en France.

 

S’il y a une profession qui prend au sérieux la question du réchauffement climatique, c’est celle de viticulteurs, notamment ceux du Bordelais. Pascal Canfin, ex-ministre délégué du développement, résumait le problème de façon ironique sur France Inter : « A Bordeaux, en 2040, on annonce un climat qui est celui de Séville, et on voit bien que le vin en Andalousie n’a pas à proprement parler la même qualité, la même notoriété que le vin de Bordeaux. »

 

Etudes alarmistes

 

Les rapports scientifiques se multiplient qui sont assez inquiétants pour la profession viticole française. Si le réchauffement climatique se confirme, avec des hausses de températures moyennes de 1, 2 voire 3 degrés dans les vingt à trente ans à venir, c’est toute la géographie viticole dans le monde qui sera redessinée. La France, premier pays viticole mondial avec 46,2 millions d’hectolitres de vin, devant l’Italie ou l’Espagne, serait impactée de plein fouet par le redécoupage climatique.

 

 

Déplacement du sud au nord

 

Une étude américaine parue en avril 2014, estime que la surface des terres propices à la culture du raisin pourrait diminuer de 68%. Selon Lee Hannah, biologiste, co-auteur de l’étude, des régions comme le Bordelais, la vallée du Rhône,  la Toscane… seraient fortement touchées par le changement climatique (les vagues de sècheresse, la moindre pluviosité…). Tandis que le sud lutterait contre la chaleur et le « stress hydrique », on verrait des régions d’Europe du Nord se lancer dans la viticulture.

 

Les vins d’Alsace en difficulté

 

Même des régions septentrionales telles que l’Alsace seraient impactées. Avec de nouvelles conditions climatiques, impossible en effet de produire des vins d’Alsace issus de raisins pas très mûrs et très aromatiques.  La hausse des températures a globalement pour effet de produire des raisins plus mûrs et des vins plus alcoolisés (lire : le vin alcoolisé), avec le risque d’arômes moins riches.

 

Le raisin et le vin se modifient

 

L’évolution du climat est déjà perceptible. Selon l’Institut français de la vigne et du vin, on observe des vendanges plus précoces, une modification de la composition des raisins conduisant à un degré alcoolique du vin plus élevé, une diminution de l’acidité, avec à la clef une moindre capacité de vieillissement des vins, une oxydation prématurée des vins blancs, une plus grande variabilité des millésimes, des changements sur la typicité des vins.

 

Adaptation programmée

 

Selon Nathalie Ollat, chercheuse à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et membre du programme Accaf, les viticulteurs vont devoir s’adapter, par exemple en repositionnant leurs vignes sur des parcelles moins exposées, plus fraîches,davantage sur des côteaux ou/et plus en altitude.

 

JC Nathan

 

Sources :

www.francetvinfo.fr

www.vignevin.com

Photo : http://vinalsacebeckhartweg.blogspot.fr (Domaine Beck-Hartweg de Dambach-la-Ville)

 

AUCUN COMMENTAIRE