Le yaourt grec, une histoire turque

0
5266
yaourt a la grecque

Entre tradition et trouvaille marketing, le yaourt grec est un produit un peu « flou » que les consommateurs aiment bien.

 

Yaourt grec. Yaourt à la grecque ? Du lait de quoi ? On y perd un peu son latin avec le yaourt grec mais on l’aime bien. En Grèce, on fabrique un yaourt (lait fermenté) à base de lait de brebis. C’est en effet le pays européen où l’on produit et l’on consomme beaucoup de lait de brebis. Ce yaourt au lait de brebis est plus ou moins « riche » (gras) selon qu’il est égoutté (« straggisto ») soit 2% de matières grasses, ou non égoutté (« astraggisto »), soit 6% de matières grasse.

 

Non égoutté ou égoutté, riche ou maigre

 

Le yaourt grec que nous connaissons en Europe est un « straggisto », moins gras, plus protéiné. La vogue du « yaourt grec » (assez récente), on la doit à  un entrepreneur turc, Hamdi Ulukaya, patron de la marque Chobani (« berger » en turc). Dans les années 2000, il réussit un coup commercial de génie aux Etats-Unis et impose son yaourt grec, une version  égouttée (« straggisto ») qui va s’imposer à l’étranger comme le vrai yaourt grec.

 

Danone et son Danio hyperprotéiné

 

Avec sa success-story américaine, le champion turc du yaourt grec créé un bel émoi dans la sphère laitière : les géants européens (Fage, Danone…) ont rapidement contre-attaqué avec leur version de yaourt grec. Fage s’illustre avec la marque de yaourt Total, qu’il qualifie de « yaourt grec authentique ».  Danone a lancé en 2014, Danio préparation laitière hyperprotéinée (12% de protéines, 0% de matière grasse).

 

Le nom yaourt grec gagné par Fage

 

Dans le rayon des pots de yaourt, une féroce bataille s’est engagée autour de l’appellation très convoitée de yaourt grec. Le match a été emporté par Fage. La justice britannique a contraint Chobani en 2013 à enlever l’appellation de yaourt grec. Logique et prévisible : les yaourts Chobani étaient fabriqués aux Etats-Unis. En France, Danone ne peut appeler son Danio, yaourt, la règlementation autour de l’appellation yaourt imposant une fermentation spécifique (à partir d’un double ensemencement de bactéries lactiques thermophiles Lactobacillus et Streptococcus thermophilus).

 

A la grecque

 

Reste que la plupart des marques ont trouvé la parade pour contourner la rigueur administrative autour de l’appellation. Le Petit Basque propose son yaourt à la Grecque (lait de brebis à 10% de matière grasse). Et avec lui Lidl, Nestlé, Carrefour et Danone commercialisent allègrement leur version du fameux yaourt « à la grecque »‘. Les pros dui marketing ont décliné les versions avec l’inévitable « allégé ».

 

Pendant ce temps, les consommateurs préparent leur « tzatziki » en rêvant aux vacances… en Grèce.

 

Aurélie Laroche

 

Sources : Un yaourt grec peut en cacher beaucoup d’autres

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE