Le roquefort menaçé par le Bleu de brebis

0
137
roquefort Société

Le roquefort au lait cru est « attaqué ». C’est ce qu’estiment une dizaine de fabricants de roquefort, en butte avec le géant laitier Lactalis.  

 

 

La bataille du roquefort, après la bataille du camembert au lait cru… Depuis avril dernier, Lactalis commercialise le «Bleu de brebis» Société. Le petit dernier ressemble comme deux gouttes d’eau à son roquefort, Société, avec lequel il détient la bagatelle de 70% du marché du roquefort.

 

 

L’AOP roquefort et l’ersatz

 

 

Deux fromages sous le même nom Société, dans des emballages aux mêmes couleurs. Voilà qui ne va pas clarifier les consommateurs et qui énerve beaucoup les « petits » artisans. Le roquefort, fromage à pâte persillée fabriquée à partir de lait de brebis, doit suivre pour revendiquer l’AOP (Appellation d’Origine Protégée) un cahier des charges très strict. Le second, le Bleu de brebis, est un « ersatz » de roquefort, réalisé au lait pasteurisé, beaucoup plus doux, moins fort et moins salé.

 

 

Les petits producteurs fragilisés

 

 

Pour la filière du roquefort, le groupe Lactalis cherche sciemment à jeter la confusion et à affaiblir les petits producteurs de fromage de qualité, au lait cru. Michel Lacoste, président du Comité national des appellations d’origine laitière (CNAOL) note que ce type de confusion entre « vrai fromage » et « remplaçant industrialisé » n’est pas nouveau. Il y a déjà eu du Picolin industriel ressemblant fortement au Picodon, ou encore du Beaumont, frère jumeau du Beaufort.

 

Lire : Camembert, la guerre de Normandie

 

 

La baisse des ventes de roquefort

 

La bataille du roquefort n’est pas sans incidences économiques. 8 000 emplois et 1 400 exploitations agricoles sont rattachés à l’économie du roquefort. Se défendant de toute manipulation, Lactalis explique benoîtement qu’il s’agit d’une simple et innocente stratégie marketing. Le roquefort perd de son attrait auprès des consommateurs. Depuis une dizaine d’années, les ventes ont chuté d’environ 15%, passant de 19 000 tonnes à 16 000. Le Bleu de brebis Société, avec ses saveurs plus sages, viendrait simplement compenser le roquefort authentique.

 

 

L’étau sur les fromages au lait cru

 

 

Inexorablement, l’étau se resserre sur les petits fabricants de fromages traditionnels en France. Les petits fabricants de camembert au lait cru ont perdu une grosse bataille il y a quelques mois en acceptant que des camemberts aux standards de fabrication moins exigeants revêtissent le label AOP.

 

Lire aussi : Défendre les fromages au lait cru

 

Aurélie Laroche

 

Sources : www.lemonde.fr

www.roquefort.fr

Photo : La dépêche

 

AUCUN COMMENTAIRE