Alerte à la brucellose dans le reblochon

0
218
vache brucellose

Fin octobre, les experts ont détecté un cas de brucellose bovine dans une ferme de Haute-Savoie. Des reblochons au lait cru ont été rappelés pour réduire les risques de contamination.

 

Un cas de brucellose a été découvert en Haute-Savoie et l’on s’inquiète de la contamination de fromages au lait cru, principalement du reblochon. Des mesures de précaution ont été prises. Le lait a été réservé aux produits pasteurisés, dénués de tout risque pour les consommateurs, les bactéries pathogènes étant détruites par la pasteurisation.

 

 

Rappel de lots de reblochon

 

 

Les autorités ont décidé l’abattage du troupeau, la brucellose étant une maladie à éradication obligatoire. L’administration a ordonné le rappel de divers lots de reblochon de Savoie AOP au lait cru :  Monoprix, Dent du chat, Les Messagers des saveurs, Fromagerie Edouard Conus, Coopérative fruitière du val d’Arly, Cora, Auchan, Intermarché… et des lots de Fondant d’Arly.

 

 

Bactéries Brucella

 

 

La brucellose est une maladie contagieuse des animaux d’élevage (bovins, porcs, moutons, caprins, chevaux…) due aux bactéries du genre Brucella. C’est une zoonose, c’est-à-dire transmissible à l’homme. La transmission peut se faire par contact ou par ingestion de produits au lait cru.

 

 

Douleurs articulaires et forme silencieuse

 

 

La brucellose peut entraîner de la fièvre, des douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête qui peuvent durer une à quelques semaines. Ces symptômes se soignent avec des antibiotiques. Il est important de consulter s’il y a une suspicion. Car la maladie peut rester silencieuse et déboucher des mois ou des années (de façon exceptionnelle) sur des formes plus invalidantes (arthrite, problèmes neurologiques).

 

 

Contamination via la faune sauvage

 

 

Selon les statistiques, on détecte en France une trentaine de cas d’infections chaque année, pour la très grande majorité suite à une contamination à l’étranger. La brucellose bovine est très contrôlée en France. Hormis un foyer en 2012, lié apparemment à une contamination via des bouquetins du massif du Bargy, la maladie n’était plus présente depuis 2005. Il semblerait que l’on ait à faire une nouvelle fois à une contamination via la faune sauvage.

 

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : agriculture.gouv

60 millions de consommateurs

 

AUCUN COMMENTAIRE