Lait et cancer, pas de relation

0
1538

Lait et cancer ? Pas de corrélation. Les produits laitiers n’augmentent pas globalement les risques de cancer, voire ils les diminuent. Les conclusions scientifiques de l’Institut national du cancer vont à rebours de diverses accusations des « anti-lait« .

 

Lait  et cancer ? Pas de corrélation prouvée. Le lait n’augmente pas les risques de contracter un cancer, voire il les diminue. Ce constat, un peu passé sous silence, a été publié en juin 2015 par l’Institut national du cancer dans un document de synthèse sur l’ensemble des études connues sur les relations entre cancers et nutrition.

 

 

200 grammes par jour

 

 

Avec en moyenne 200 g par jour, les Français sont de gros consommateurs de produits laitiers (lait, yaourts, petits suisses, fromages blancs, fromages frais ou affinés…). Depuis une quinzaine d’années, des critiques sévères sont venues remettre en cause ces habitudes, avançant même que le lait porterait gravement atteinte à la santé.

 

 

Cancer colorectal et consommation de fromage

 

 

L’Institut national du cancer a passé au peigne fin tous les rapports et méta-analyses sur les relations entre nutrition et cancer. Résultat : aucune corrélation entre la plupart des cancers (rein, ovaire, endomètre, pancréas, oesophage, bouche, pharynx, larynx, poumon, estomac, testicule, lymphome et peau) et la consommation de lait (ou celle de produits laitiers). Pas de relation non plus entre cancer colorectal et consommation de fromage.

 

 

Lait et cancer, l’effet protecteur du calcium

 

 

Mieux, les études mettent en lumière une diminution « probable » de risque de cancer colorectal grâce à la consommation de lait ou de produits laitiers, ainsi qu’un effet protecteur du lait sur le cancer de la vessie et sur le cancer du sein. Le calcium pourrait expliquer, au moins en partie, l’effet potentiel­lement protecteur des produits laitiers sur le risque de cancer.

 

 

Risque du cancer de la prostate

 

 

Dans ce bilan très positif du tableau « lait et cancer », une ombre persiste : la consommation de produits laitiers est associée à une augmentation du risque de cancer de la prostate. Les scientifiques avancent plusieurs hypothèses : les lipides suspectés augmenter les taux d’oestrogènes (considérés comme des facteurs de cancer de la prostate) ou encore les quantités importantes d’oestrogènes contenues dans le lait dans les pays occidentaux.

Au final, le lait sort largement innocenté de diverses accusations portées à son encontre.

 

JC Nathan

 

Sources : Nutrition et prévention primaire des cancers : actualisation des données, collection État des lieux et des connaissances, INCa, juin 2015

AUCUN COMMENTAIRE