Cinq raisons de manger du chocolat

0
1881
chocolat vertus

Le chocolat est un aliment calorique mais il a plusieurs autres caractéristiques qui en font un très bon aliment.

 

Le chocolat, avec environ 400 à 500 calories pour 100 grammes, est à l’évidence un aliment riche (le « au lait » et le blanc étant les plus caloriques). Ces calories viennent du sucre et des lipides (beurre de cacao). Mais l’ensemble des qualités nutritives de ce produit en font un splendide aliment à ne pas redouter. Lire Le cacao

 

 

Anti-oxydant

 

 

Le chocolat est un aliment riche en polyphénols : procyanidine, épicatéchine, carcitine, catéchine… Certes, ce n’est pas le seul. Les fruits rouges, le vin, l’huile d’olive, bon nombre de fruits et légumes (pommes, pommes de terre…) en sont aussi porteurs. Mais le chocolat en est très bien doté, ce qui implique divers effets anti-oxydants, donc des vertus anti-vieillissement des cellules, et des effets positifs sur le plan cardio-vasculaire.

 

 

Des gras mais pas de cholestérol

 

 

Les matières grasses de cet aliment gourmand ne sont pas source de cholestérol. Il s’agit en majorité d’acide stéarique, un acide gras saturé, et d’acide oléique (un acide gras mono-insaturé), deux types de gras qui n’aggravent pas le taux de cholestérol, car ils abaissent le mauvais cholestérol (LDL). Lire Le beurre de cacao, pas si nocif

 

 

Pas d’effet poids

 

 

Autre raison de se réjouir, le chocolat ne fait pas grossir. On ne trouve pas plus d’obèses parmi les grands mangeurs . Les Suisses qui mangent deux fois plus de chocolat que les Américains ont beaucoup moins de problèmes de poids. Cet aliment est calorique mais consommé en quantité « normale », il ne déséquilibre pas l’apport alimentaire.

 

 

Psychoactif

 

 

Le dérivé du cacao contient divers substances (sérotonine, tyramine, phényléthylamine, cannabinoïdes, anandamine…) qui ont de multiples effets sur le psychisme et l’humeur. Certaines substances – les méthylxanthines notamment (théobromine, caféine, théophylline) sont des stimulants psychiques. Au final, le chocolat semble avoir le double effet de stimuler et de dissiper les tensions et le stress.

 

 

Placebo

 

 

La démonstration scientifique de l’effet anti-stress de cette friandise n’a pas encore été faite. Il se pourrait bien qu’il s’agisse d’un magnifique exemple d’effet placebo. Comme le note judicieusement le docteur Jean-Michel Lecerf, le mélange sucre-gras n’est probablement pas pour rien dans cet effet magique. Quoi qu’il en soit, cette merveille pour les sens gustatifs suffit à nous rendre heureux chaque jour.

Lire aussi Reconnaître un chocolat de qualité.

 

 

Aurélie Laroche

 

Source : Le chocolat, délice ou péché. Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition de l’Institut Pasteur de Lille. La Lettre d’information scientifique de L’Institut Pasteur de Lille.

 

Photo : http://megato.wifeo.com