Eaux minérales, la publicité et la réalité

0
193
eaux minérales eau potable

Les Français boivent beaucoup d’eaux minérales, en grande partie sous l’influence des messages publicitaires, alors que l’apport santé est controversé.

 

La consommation annuelle d’eau minérale est estimée à environ 8 milliards de litres. Soit quelques 120 litres par habitant et par an. Ce phénomène s’explique aisément : l’eau du robinet a parfois « mauvaise presse », étant donné le degré de pollution de certaines régions, en particulier la pollution aux nitrates. Les eaux minérales bénéficient d’un puissant appui du marketing et de la publicité.

 

Les dépliants publicitaires, sous forme de « conseils santé » sont abondamment distribués dans les cabinets médicaux ! Les grands groupes d’eaux minérales, Neptune (Saint-Yorre, Vichy, Célestins, Cristaline, Rozana…), Nestlé (Vittel, Contrex, Perrier, San Pellegrino, Hépar, Quézac, Valvert, Charmoise…), Danone (Evian, Volvic, Badoit…) surfent sur l’image de santé et de vitalité des eaux minérales.

Lire : Eaux minérales :  image marketing et teneur en minéraux

 

 

Les eaux minérales sont moins contrôlées

 

 

Mais les eaux minérales ne sont sans doute pas la source de jouvence tant vantée par les écrans publicitaires. Premier point, les eaux minérales sont moins contrôlées que l’eau potable, ou plus exactement, avec des seuils plus « laxistes ». La limite de fluor, par exemple, est fixée à 1,5 mg/l pour l’eau potable, alors que les eaux minérales peuvent en contenir jusqu’à 5 mg/l. Or, l’excès de fluor est déconseillé car il favorise la fluorose dentaire.

Autre souci, les polluants parfois retrouvés dans des eaux minérales, et surtout le risque de migrations suspectes de substances chimiques provenant des matières plastiques des contenants (bisphénol, phtalates…).

 

 

Effort des reins pour éliminer l’excès de minéraux

 

 

Second point, l’argument de vente des eaux minérales, leur forte teneur en minéraux (pour l’essentiel du calcium et en magnésium) est justement le point qui pose problème. Certaines eaux atteignent des teneurs très élevées de 2000 à 4000 mg/litre, ce qui va nécessiter un effort accru des reins pour éliminer l’excès de minéraux. Certains scientifiques estiment d’ailleurs que l’assimilation de minéraux via la consommation d’eau, est au mieux inefficace, au pire nocive. Ces minéraux en excès contribueraient à la formation de calculs rénaux, à de l’artérosclérose, à des manifestations de l’arthrite ou de l’arthrose, à des calcifications intempestives, etc…. Seuls le calcium des aliments, en particulier des fruits et des légumes, serait correctement assimilé.

 

 

Bonnes pour les sportifs

 

 

Troisième point le sodium. Les eaux sodées (plus de 200 mg/l de sodium, par exemple Vichy Célestins, Quézac) sont bonnes pour les sportifs car cet apport va compenser les pertes dues à la sueur. En revanche, tout excès de sodium est déconseillé bien évidemment à toutes les personnes sujettes à l’hypertension artérielle. Bref, sans s’interdire le plaisir de boire une bonne eau minérale de temps en temps, il est probablement plus raisonnable de ne pas en faire sa boisson quotidienne.

 

JC Nathan

 

Sources : http://www.passeportsante.net/fr

https://www.sciencesetavenir.fr

http://www.cnrs.fr

 

 

AUCUN COMMENTAIRE