La macrobiotique pour vivre vieux et en bonne santé

0
487
diététique

diététique

Une science de l’alimentation connue dès l’Antiquité, doublée d’une philosophie orientale : c’est la macrobiotique, recherche d’équilibre alimentaire et idéal de vie.

 

Une philosophie

 

La macrobiotique n’est pas un régime mais un art de vivre, une philosophie qui remonte à l’Antiquité.  Le terme vient de deux mots grecs, macro – grand et bio-vie. On trouve mention de la macrobiotique dans les textes grecs (Hippocrate, père de la médecine la cite) et dans le taoïsme chinois. Un Allemand, médecin du roi de Prusse Frédéric III,  Christoph Wilhem Hufeland, en définit les principes dans un livre paru en 1797, « L’art de prolonger la vie par la macrobiotique ».

 

Deux forces opposées et complémentaires

 

Au XX° siècle, un japonais, Georges Ohsawa, réalise une synthèse de la macrobiotique avec une vision du monde, le Principe unique (l’Un, l’Infini indifférencié). Le Principe unique se divise en deux forces opposées, le Yin, la force d’expansion-dilatation, et le Yang, la force de contraction- rétractation. Le Yin est associé au froid, à l’eau, à l’obscurité ; le Yang au chaud, à la lumière, etc. Yin et Yang se trouvent présents en toute chose mais selon les cas, l’une des forces domine l’autre.

 

Les aliments Yin et les aliments Yang

 

Les travaux d’Ohsawa débouchent sur une classification des aliments, plus ou moins Yin ou Yang, selon leur couleur, leur forme, leur composition chimique…  Les aliments très Yin sont le sucre raffiné, les légumes crus, les fruits tropicaux, les corps gras, l’alcool…Les aliments très Yang sont les viandes, les volailles, le sel, le café, les épices, etc. Les aliments « équilibrés Yin-Yang » sont les céréales entières, les légumes, les algues, les légumineuses et les poissons. La cuisson qui doit être courte et à feu doux, modifie la polarité des aliments.

 

L’idée d’équilibre 

 

L’alimentation macrobiotique vise à se nourrir de la façon la plus juste possible, sans manque ni excès, à aider l’organisme à se développer librement et à s’adapter selon l’activité, l’âge, les objectifs de la personne. Pour Ohsawa, il n’y a pas d’interdit alimentaire. Le but principal est d’atteindre une forme d’équilibre.

 

Source de bonne santé

 

Les partisans de la macrobiotique définissent l’équilibre alimentaire autour de ces proportions : les céréales (40%), les légumes (25%), les légumineuses (10%), les protéines (10%), les potages (10%), les algues (5%). Les aliments doivent être légèrement cuits en règle générale. La viande (aliment très Yang) ne doit pas être consommée en grande quantité.  Le fait de manger des produits ni trop Yin, ni trop Yang, aiderait à « économiser » l’organisme. L’équilibre Yin-Yang contribuerait à rester en bonne santé.

 

Allégations santé

 

Il serait difficile de trouver des études attestant des effets de longévité liés à la macrobiotique. Mais un mode alimentaire réduisant des apports trop riches en protéines animales, en sucres, en graisses inutiles, et favorisant des aliments riches en antioxydants  (légumes, algues..) va probablement aider à minimiser diverses pathologies. Par exemple, les problèmes cardiovasculaires, l’obésité, etc. Sans parler des vertus d’une diététique refusant les excès.

 

Prudence avec les enfants

 

Les nutritionnistes recommandent la plus grande prudence vis-à-vis des enfants.  Il s’agit d’éviter des carences en vitamines B12 et D, en calcium, en protéines, en matières grasses (dont certaines sources d’Oméga-3, acide gras long). Ces déséquilibres risquent d’être induits par une approche stricte et mal comprise de la macrobiotique.

 

Aurélie Laroche

 

Sources :

www.passeportsante.net

http://macrobiotiquepourtous.blogspot.fr

 

Photo : http://flobidouille.blogspot.fr

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE