Le soja et le cancer

0
1402
soja miso isoflavones

Le soja protège-t-il ou favorise-t-il le cancer ? Plusieurs études récentes  attestent que la consommation régulière de soja non seulement ne génère pas de risque de cancer du sein chez les femmes, mais pourrait avoir une action protectrice.

 

Le soja, une légumineuse, est caractérisé par une forte teneur en isoflavones, des substances dites flavonoïdes présentes dans les plantes. Ces isoflavones sont  concentrés à plus forte dose dans les préparations de type tofu et miso. La caractéristique de ce groupe de polyphénols est d’avoir une forte similitude avec les œstrogènes. Pour cette raison, on les appelle des phytœstrogènes.

 

Lire Légumineuses : un bouquet de qualités nutritionnelles

 

 

Faible prévalence du cancer du sein en Asie

 

 

Ces phytœstrogènes joueraient de façon contradictoire sur l’organisme et les risques de cancers dits hormono-dépendants (sein, endomètre, prostate…), cancers favorisés par une forte activité oestrogénique. Un effet protecteur : en Asie, où les femmes consomment beaucoup de soja, la prévalence des cancers du sein est très inférieure à celle observée en Occident. Mais peut-être aussi un effet malin, pour des femmes présentant des tumeurs (polypes, fibromes…), et pour lesquelles les œstrogènes  végétaux faciliteraient la prolifération de cellules malignes.

 

Lire : Les phyto-estrogènes du soja, une ombre sur la légumineuse

 

 

 

Une action protectrice

 

 

Une série de nouvelles études viennent plaider en faveur du soja et des isoflavones de soja. La consommation de soja dans l’enfance et l’adolescence réduirait les risques de cancer du sein quelques dizaines d’années plus tard à l’âge (la cinquantaine, la ménopause) où apparait ce type de cancers. Consommer régulièrement et sur une longue période des isoflavones de soja serait bénéfique. Autre étude positive pour le soja, les femmes ayant eu un cancer du sein et consommant régulièrement du soja, auraient des risques moindres de récidive et de décès.

 

Une forme de consensus scientifique semble attester qu’une consommation régulière et modérée de soja (50 à 100 g par jour), soit un apport d’environ 25 à 40 mg d’isoflavones, aurait des effets positifs pour la santé. En revanche, les compléments alimentaires fortement dotés en isoflavones ne sont pas conseillés.

 

Katrina Lamarthe

 

Sources :

Lee SA et coll. Adolescent and adult soy food intake and breat cancer risk: results from  the Shanghai Women’s Heath Study. Shanghai Women’s Heath Study. Am J Clin Nutr 2009

 

Shu X. et coll.Soy food intake and breast cancer survival. Jama 2009.

 

Zhang F et coll. Dietary Isoflavone Intake and all-cause mortality in breast cancer survivors : The Breast Cancer Family Registry. Cancer.

 

www.richardbeliveau.org

AUCUN COMMENTAIRE