Les mauvaises habitudes alimentaires des Français

0
1471

Les Français ont de mauvaises habitudes alimentaires. Dans sa dernière étude, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) tire la sonnette d’alarme.

 

 

Trop de sel

 

L’agence sanitaire française publie sa troisième étude sur les consommations et habitudes alimentaires des Français. Premier constat, ils consomment trop de sel. Environ 9 g par jour pour les hommes et 7 g pour les femmes, soit trois à quatre grammes de plus que les recommandations de l’OMS. En ligne de mire, l’excès (notamment chez les jeunes) de plats industriels tout prêts, de produits transformés, de pizzas, sandwichs, charcuteries, sauces, pains, etc.

 

Et pas assez de fibres

 

A contrario, les apports en fibres (20 g /jour) contenus dans les fruits et légumes sont trop faibles. Bien en-deçà des préconisations de l’Anses (30 g/jour). Une tendance confirmée par une récente étude du Crédoc :  seul un quart des Français consomment les fameux cinq fruits et légumes quotidiens nécessaires pour combler les besoins en vitamines, minéraux et fibres. Là encore, la jeune génération est en première ligne.

 

Le boom des compléments alimentaires

 

La consommation de compléments alimentaires explose (+30% en sept ans), tant chez les enfants et les adultes. Si les produits disponibles en pharmacie ne posent pas de problème, l’Anses pointent les dangers des produits achetés en dehors des officines. En particulier pour les sportifs (anabolisants stéroïdiens) et les femmes enceintes (excès de vitamine D).

 

Lire notre article sur les compléments alimentaires

 

De nouveaux comportements à « risques »

 

Au gré des 500 pages de son rapport, l’Anses liste de nouvelles tendances « à risques » sanitaires. Exemples, parmi d’autres : dépassements des dates limites de consommation pour les viandes et poissons, températures trop élevées dans les réfrigérateurs (supérieures à 6 °C contre 4°C recommandé), hausse de la consommation de protéines animales crues (sushis, tartare, carpaccio) qui sont sources de bactéries, etc.

 

Les hommes mangent plus, mais moins bien

 

Les hommes mangent plus de viandes, charcuterie, fromages et crèmes dessert, moins de fruits et légumes. Le tout arrosé avec plus de sodas et d’alcool que les femmes. Ces dernières privilégient les soupes, viandes blanches, compotes, jus de fruit, yaourts et fromage blanc, pain complet. Seul bémol, elles ne mangent pas assez de poissons.

 

En passant au crible notre assiette, l’Anses cherche à mieux prévenir certaines maladies liées à notre mode de consommation (obésité, cancer, maladies cardio-vasculaires). D’autant qu’un autre ennemi nous guette : le manque d’activité physique chez une grande partie de la population.

 

Eric Allermoz

AUCUN COMMENTAIRE