Virus, de l’animal à l’homme

0
441
virus animal

Les échanges entre animaux et les hommes sont multiples, moins anodins qu’il n’y paraît. Dans certains cas, ils peuvent être porteurs de contaminations, notamment de maladies virales.

 

Pour les scientifiques, la santé de l’animal et de l’homme ne font qu’un. L’un est malade (ou à tout le moins porteurs de pathogènes), l’autre peut le devenir. Même si les contaminations croisées entre animaux et humains sont peu banales, elles sont possibles. Avec l’intensification de l’élevage et la mondialisation des échanges, il semble que le risque de diffusion d’agents pathogènes (bactéries, virus, prions…) et de contamination de l’homme augmente.

 

 

Quand le virus devient agent infectieux humain

 

 

Comme l’explique Daniel Marc, chercheur à l’Inra, les infections humaines liées à la faune sauvage sont le plus souvent « sans issue », c-à-d très limitées. Seules les personnes directement contaminées par les animaux sont concernées et la contamination s’arrête vite. Mais dans certains cas, le virus devient un agent infectieux humain.

 

 

Epidémies de grippe

 

 

C’est ce qui est arrivé lors des épidémies de grippe, en particulier la grippe espagnole de 1918 (plusieurs dizaines de millions de morts) ou plus récemment la grippe de Hong Kong en 1968 qui a tué environ 1 million de personnes. Dans certains cas, la transmission à l’homme peut se faire par l’alimentation (tuberculose bovine, brucellose, ESB…), par contact direct (virus Ebola), par l’air (Influenza, coronavirus…), par griffure ou morsure (la rage par exemple).

 

 

L’animal, réservoir et porteur

 

 

Une génération de virus, les virus influenza (virus H5N1, virus H7N9), à l’origine de grippes animales, semble de nature à contaminer à la fois l’animal (les oiseaux, les volailles) et l’homme, ou à passer rapidement de l’un à l’autre.  Dans le cas du coronavirus, l’hypothèse est que le virus a été porté par la chauve-souris, puis transmis à l’homme par l’intermédiaire du pangolin (fourmillier écailleux), consommé en Chine pour ses multiples vertus fantasmagoriques.

 

JC Nathan

 

Sources : Influenza, coronavirus et autres : quand les virus d’origine animale contaminent l’homme. Inrae.fr

 

Photo : agriculture-de-conservation.com

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE