Cuisson basse température : le choix de la douceur

0
8899
basse température

basse températureLa cuisson basse température (entre 65 et 85°) serait-elle à la pointe du progrès ? Econome en énergie, elle préserve les vitamines et les minéraux, confère aux aliments une tendreté et des propriétés gustatives incomparables.

 

La cuisson basse température (entre 65 et 85°) est une technique économique de cuisson, au four ou sur feux doux, qui vise à allier des temps longs de cuisson et des températures peu élevées de moins de 100°. On peut cuire quasiment tous les types de plats (légumes, gratins, viandes, gâteaux…) à basse température.

 

L’eau et le collagène

 

Le chef Philippe Baratte explique sur son site cuissonbassetemperature.com ce qui se passe avec la viande et les poissons. « Les viandes, poissons et œufs sont constitués de fibres, d’eau, de protéines et de collagène (famille de tissus durs).
 L’eau s’évapore dès 100°C et le collagène commence à se dissoudre à 55°C. 
Mais à une température inférieure à 100 °C l’eau de constitution reste dans les aliments. Une longue durée de cuisson légèrement au dessus de 55°C permet l’hydrolyse du collagène. Les fibres deviennent donc tendres »

 

Saveurs et nutriments

 

Les aliments n’étant pas cuits sur un feu vif, ils ne subissent pas de choc thermique et ils ne « rendent » pas toute leur eau. Ils restent moins secs, plus tendres, plus savoureux. On évite aussi en partie la destruction des vitamines et minéraux, qui partent dans les jus de cuissons classiques ou sont détruits par la chaleur vive.

 

Les équipements nécessaires

 

La cuisson basse température est très pratique : on est plus obligé de surveiller trop précisément la cuisson. On enfourne son plat, souvent plusieurs heures avant le repas, et l’on y pense plus ! De plus, le four consomme moins d’énergie que pour une cuisson classique. Question équipement, il est recommandé d’avoir des instruments précis pour mesurer la température du four. Les amateurs éclairés et les professionnels utilisent un thermomètre à sonde. La sonde est piquée au cœur de l’aliment. Elle est reliée à un boîtier en dehors du four qui sonne dès que la température choisie est atteinte.

 

Pour les cuissons sur le feu, on peut utiliser des faitouts, sauteuses et casseroles classiques, équipés d’un couvercle adapté pour ne pas laisser la chaleur s’en échapper (certains couvercles sont équipés d’un thermomètre intégré). Certaines marques proposent des casseroles et sauteuses équipées de semelles en aliminium épaisses de plusieurs millimètres qui emmagasinent la chaleur.

 

Procédé pour la cuisson des viandes

 

On saisit le morceau de viande choisi à la poêle sur feu vif, de tous les côtés. Par exemple pour un filet mignon de porc, 2 à 3 minutes suffisent. Enfournez alors pour 1h30, dans un four préchauffé à 80°C. Dès que le porc atteint 66°C à coeur, stoppez la cuisson. Sans thermomètre à sonde, il suffit d’attendre la fin du temps de cuisson programmé, mais la cuisson est moins précise. Pour chaque cuisson, on programme le four à une température légèrement plus élevée que celle que l’on doit atteindre à coeur. Un magret de canard par exemple, cuira environ 1h dans un four à 80°C, pour atteindre 65°C à coeur.

 

Pour le temps et les températures, se rapporter à un tableau récapitulatif des cuissons, par exemple : http://www.cuisinebassetemperature.com/tableau-recapitulatif-de-cuisson-a-basse-temperature/

 

Cuisson sur le feu

 

Pour les cuissons sur le feu, le procédé est à peu près le même, mais sans saisir les aliments au préalable. Il suffit de placer un faitout ou une sauteuse sur feu très doux avec, par exemple, une sauce ou des petits légumes et la sonde du thermomètre. Dès que la température atteint 60 °C, c’est cuit. Vous pouvez laisser le faitout fermé, hors du feu, pour continuer la cuisson par inertie, ou déguster immédiatement.

 

Règles d’hygiène et sécurité alimentaire

 

A basse température, une grande partie des bactéries sont éliminées mais certaines peuvent subsister. Il est donc essentiel de respecter des règles d’hygiène précises. Les produits doivent être très frais. Il est impératif d’avoir des outils et des mains lavées et propres. La viande, tout spécialement la volaille, doit être lavée à l’eau froide (intérieur et extérieur en ce qui concerne la volaille), séchée au papier absorbant.  Le fait de saisir les viandes à feu vif, avant cuisson, permet d’éliminer des bactéries indésirables.

 

Hortense Allain-Launay

 

Sources : www.cuissonbassetemperature.comwww.cuisson-basse-temperature.fr

Photo : www.feuille-de-cuisson.com

AUCUN COMMENTAIRE