L’empreinte forêt et la consommation des Français

0
53
déforestation Brésil

L’empreinte forêt (surface de forêt détruite pour une production de biens) est de 352 m2 de forêt par Français.  En cause, nos consommations de viande (donc de soja), de carburant (donc d’huile de palme), de café, de chocolat….

 

 

L’empreinte forêt est un indicateur qui coupe l’envie de consommer. Selon l’ONG Envol vert, chaque Français, par sa consommation, entraîne la destruction de 350 m2 de forêt par an. A l’échelle de la population française, ce sont 2,4 millions d’hectares de forêts détruits par an, l’équivalent d’un territoire grand comme la Bretagne.

 

 

Mesure de la déforestation

 

 

L’Empreinte Forêt® est un indicateur élaboré par l’ONG Envol vert. Cet outil mesure la déforestation générée par la production et la consommation de denrées et produits divers. Le plus souvent, le consommateur n’a aucune conscience de l’effet de ses achats sur la planète. Et pourtant… En achetant son poulet, sa boîte d’oeufs ou son steack, il encourage la production de soja, culture qui participe quasi-directement au saccage de la forêt tropicale brésilienne et de forêts en Asie.

 

 

61 kilos de soja par Européen

 

 

Le phénomène est aggravé par les pratiques illégales de déforestation. Les Occidentaux, en consommant des produits d’origine agricole d’origine tropicale (ou nécessitant l’importation d’un produit tropical, comme le soja pour nourrir les animaux d’élevage) stimule les pratiques illégales de déforestation et de conversion en terres agricoles. Un Européen consomme sans s’en rendre compte 61 kilos de soja en avalant des produits d’origine animale (oeufs, viande, lait...). Les cultures de soja  qui en résultent sont à l’origine de plus de la moitié (58%) de l’impact forestier.

 

 

Le cuir, le carburant, le café, le cacao

 

Les achats de cuir (chaussures, vêtements…), provenant souvent de peaux de bêtes élevées en Amérique latine, sont responsables de 10% de l’empreinte, tout comme notre consommation d’huile de palme (via l’alimentation, et le carburant). Parmi les consommations dommageables, il faut aussi citer, le café, le cacao, le papier, le caoutchouc (hévéa), le bois…

 

Lire aussi : Huile de palme : la forêt tropicale reste l’enjeu primordial

 

 

Sobriété et végétarisme

 

 

Une telle étude a de quoi rendre morose, chaque consommation, chaque geste ou presque, ayant un impact négatif sur la forêt, le climat et la planète. Envol Vert propose néanmoins des pistes pour réduire notre empreinte forêt. En étant plus sobre en matière de consommation, en consommant moitié moins de d’oeufs et de produits laitiers, en devenant végétarien, l’ONG estime que l’on peut réduire de 88% notre empreinte forêt.

 

JC Nathan

 

Sources : Envol vert

Photo : Reuter

AUCUN COMMENTAIRE