Réchauffement climatique, cultures et alimentation

0
91
rechauffement adaptation cultures

Le réchauffement climatique va-t-il bouleverser le paysage agro-alimentaire ? La question est posée très nettement. Café, fruits, vignes et vin… l’impact pourrait être multiple.

 

 

Le réchauffement climatique dans les 30 à 50 ans à venir va avoir de sérieuses incidences sur l’agriculture mondiale et même impacter notre caddy et notre assiette. Les chercheurs tentent de cerner les incidences d’une hausse des températures moyennes ou d’un changement des rythmes saisonniers sur diverses cultures.

 

 

La floraison des fruitiers

 

 

En France, les dates de floraison des arbres fruitiers par exemple pourraient avancer (avec le réchauffement, la floraison est plus précoce). Cela implique que les organes floraux sont exposés à des stades plus précoces à des risques de gel alors qu’ils sont encore fragiles.

 

Lire aussi : La viticulture se prépare au réchauffement climatique

 

 

Maladies, ravageurs, sècheresse

 

 

Le radoucissement va probablement faire la part belle aux maladies (la rouille par exemple) et aux ravageurs. Déjà, des moucherons dangereux pour les cultures remontent du sud au nord, telle la mouche de l’olive, venue du sud de l’Italie.  Le seul phénomène de sècheresse va avoir un fort impact sur les grands pays agricoles, au sud comme au nord.

 

Un  grand pays agricole comme la Californie, producteur d’amandes, d’agrumes, de raisins, de fruits secs, de légumes pourrait être très impacté, comme le relate une récente enquête journalistique.

 

 

Le café, cultures à risques

 

 

Parmi les cultures les plus « à risques », on trouve le café. D’ici à 2050, le réchauffement climatique en Amérique Latine pourrait réduire de 88% les surfaces dédiées au café selon une étude du Cirad. Pour faire face à la montée des températures, les cultivateurs de caféiers au Brésil, mais aussi en Afrique (Côte d’Ivoire, Kenya, Ethiopie) devront replanter en hauteur, mais ils auraient  peu de marge de manœuvre en altitude.

 

 

Un gros effort d’adaptation

 

 

Les agronomes et climatologues sont très prudents dans leurs prévisions, compte tenu notamment de fortes incertitudes sur la question des précipitations. Mais en général, ils prévoient que les systèmes de cultures devront être fortement adaptés à la future donne climatique.

 

JC Nathan

 

Sources :

www.lesechos.fr

reporterre.net

La fin de l’alimentation. Comment le changement climatique va bouleverser ce que nous mangeons, de Wilfried Bommert et Marianne Lanzettel éditions La Librairie Vuibert, janvier 2019, 345 p.

AUCUN COMMENTAIRE