Des insectes pour l’alimentation animale

0
41
insectes aliments

L’élevage et la transformation d’insectes pour l’alimentation des animaux, chiens et chats, poissons, et à terme volailles et porcs, et pourquoi pas, humains. Ce n’est pas de la science fiction mais bien une filière en plein essor en Europe.

 

 

Des produits à base d’insectes commencent à remplacer les farines de poisson utilisées en aquaculture, et à entrer dans la composition des aliments pour chiens et chats. On est au début d’une petite révolution de l’industrie alimentaire.

 

Lire aussi : Insectes, l’aliment des poissons d’élevage

 

 

Des vers de farine

 

 

La société Ynsect élève à Dole des larves du ténébrion (tenebrio molitor), mieux connus sous le nom de vers de farine. Les larves qui sont nourries avec des co-produits agricoles comme le son de blé, croissent durant 10 à 13 semaines. Puis elles sont transformées en une poudre riche en protéines et une huile riche en acides gras polyinsaturés. Les déjections des insectes sont valorisées en engrais pour les plantes.

 

 

100 000 tonnes de coléoptères

 

 

Ynsect va lancer à à Poullainville près d’Amiens, une ferme où elle compte élever et transformer 100 000 tonnes des coléoptères Tenebrio molitor (un insecte déjà consommé par l’homme dans certaines régions d’Asie). L’entreprise va produire une alimentation riche en protéines et en acides gras pour le marché du petfood (animaux de compagnie) et les élevages aquacoles.

 

 

Mouches soldats noires

 

 

 

Autre acteur de cette filière d’avenir, Tomojo, fabrique des aliments pour chiens et chats à partir de végétaux (graines de lins, pois chiches et betteraves…) et d’insectes : mouches soldats noires Hermetia Illucens et coléoptères Ténébrio molitor

 

Les arguments ne manquent pas en faveur de ces aliments à base d’insectes. C’est une alimentation de qualité excellente pour la santé des animaux ainsi nourris. Les crevettes, bars, etc. ont vu leur immunité fortement augmenter et le taux de mortalité dans les élevages a chuté de façon significative.

 

 

Alimentation saine et sans émissions carbone

 

 

Pour les animaux de compagnie, cette alimentation est beaucoup plus saine, comparée à l’alimentation carnée. En outre, la farine d’insectes serait à l’origine d’émissions carbone près de cent fois inférieures à celles liées à de protéines animales. Déjà, les acteurs de l’alimentation à base d’insectes commencent à regarder du côté des aliments pour porcs ou pour volailles, et bien entendu, à terme, l’alimentation humaine.

 

Lire aussi : Consommation d’insectes : les autorités en veille

 

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : agriculture.gouv.fr

 

Photo : Sebastien Bozon pour AFP

AUCUN COMMENTAIRE