Crise sanitaire, confinement et surpoids

0
430
surpoids

L’une des conséquences négatives de la crise sanitaire et du confinement est d’avoir accentué le surpoids chez de nombreux Français.

 

 

Crise sanitaire, confinement, et surpoids. Un mauvais enchaînement. Le Covid et la crise sanitaire ont eu diverses incidences négatives sur la santé, notamment des effets psychologiques et une prise de poids.

 

 

Une étude menée sur un échantillon de 534 personnes de 50 à 89 ans de Haute-Garonne ayant suivi un confinement strict de mars 2020 à mai 2020 avait mis en évidence plusieurs dommages liés au confinement :  une moindre pratique du sport, une alimentation de moins bonne qualité (augmentation de la consommation d’aliments sucrés, d’alcool, de graisses ou de glucides), une augmentation de prise de médicaments, des symptômes de dépression et d’anxiété chez une personne sur trois…

 

 

Deux personnes sur trois en prise de poids

 

 

Une autre enquête (sondage en ligne commandé par Qilibri et réalisé en février 2022 auprès de 1000 personnes) confirme que la Covid et la crise sanitaire ont globalement entraîné une prise de poids. 69% des Français interrogés ont pris du poids depuis la pandémie : ces derniers ont pris en moyenne 3,3 kg. Une personne interrogée sur deux considère que son alimentation s’est déséquilibrée, ainsi que son niveau d’activité physique.

 

Lire aussi :

Surpoids et obésité, des causes multiples et complexes

Le surpoids, on peut en sortir

 

 

Sédentarité et télétravail

 

 

Selon les personnes sondées, l’explication de cette prise de poids est simple : la sédentarité déclenchée par le confinement et le télétravail en sont les causes. Un tiers des personnes interrogées font moins de sport qu’avant le début de la pandémie. Un tiers estime manger ou avoir mangé de manière compulsive, stressée dans cette période incertaine.

 

 

Risque sous-estimé

 

 

Cet effet lié à la crise sanitaire est d’autant plus problématique que les Français semblent sous-estimer le risque lié au surpoids et à l’obésité. Ils jugent l’obésité moins dangereuse que le tabac ou l’alcool. Or, selon certaines estimations, le nombre de décès en France lié à l’obésité approche les 180 000 personnes, contre 66 000 pour le tabac et 40 000 environ pour l’alcool.

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : Impact de la Covid19 et du télétravail sur la prise de poids. Sondage Qilibri février 2022