Nourrir son cerveau : les bons aliments

0
1213
cerveau

Le cerveau, organe hautement stratégique, a besoin d’énormément d’énergie et de très nombreux nutriments : lipides, glucides, protéines, vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés….

 

 

 

Des poissons gras, des gras et des oméga-3

 

 

Le cerveau et ses milliards de cellules sont en bonne partie constitués de corps gras. L’apport en acides gras expliquerait même le développement du cerveau chez l’homme. Les membranes des cellules ont besoin de bons gras (acides gras insaturés). Selon Jean-Marie Bourre, chercheur et spécialiste du cerveau, ce gras joue même une fonction dans les connexions des cellules nerveuses. Certaines études montrent que des carences en oméga-3 affectent les performances cognitives. Deux acides gras oméga-3, EPA et DHA sont connus pour aider à la lutte contre la dégénérescence mentale.

 

Les poissons gras, le saumon, les sardines, le thon, les harengs, etc. sont de grands pourvoyeurs des fameux oméga-3, acides gras essentiels (car non synthétisés par l’organisme et donc uniquement fournis par l’alimentation). Mais il ne faut pas négliger les produits animaux « terrestres » (viandes, oeufs, produits laitiers…) également pourvoyeurs d’oméga-3.  Jean-Marie Bourre met en avant les qualités nutritives des produits laitiers pour le cerveau.

Lire : Oméga 3, anti-dépression et anti-Alzheïmer

 

 

 

Myrtilles, fruits rouges, raisins, épinards, brocolis, et autres antioxydants

 

 

Le cerveau a besoin d’aliments antioxydants pour contrebalancer les effets oxydants (stress oxydatif) lié à la consommation de glucides et la libération de radicaux libres qui l’accompagne. Le stress oxydatif est mauvais pour les cellules cérébrale, et peut jouer un rôle dans la sénescence et les maladies neurodégénératives.

Au top des aliments antioxydants, on trouve les myrtilles. Des rats souffrants de maladie d’Alzheimer, nourris de myrtilles, ont amélioré leurs capacités d’apprentissage. D’autres aliments riches en antioxydants : fruits rouges comme framboises, mûres, raisins (riches en flavonoïdes), épinards, brocolis, poivrons…

Lire : Anti-oxydants, anti-vieillissement

 

 

Féculents, sucres lents, et aliments à index glycémique faible

 

 

Le cerveau pomperait environ 20% de nos apports en énergie (calories). Les glucides sont le carburant de cet organe. Selon les experts, les glucides dits complexes (féculents, céréales, légumineuses…) et de façon plus générale, tous les aliments à index glycémique faible, qui constituent la bonne source d’énergie. Car il s’agit d’une énergie à combustion lente, contrairement aux sucres rapides (sucres simples).

 

 

Viande, mollusques et autres sources de fer

 

 

Le cerveau a un besoin vital d’oxygène, oxygène transporté par les globules rouges. L’alimentation doit donc favoriser la production de globules rouges, notamment en apportant assez de fer à ces cellules. Il faut donc apporter de l’attention à des aliments en fer héminique (facilement assimilable), présent dans les mollusques, la viande rouge, les abats….

 

 

Des fruits et des légumes

 

 

Le cerveau a besoin de beaucoup de vitamines, en particulier de vitamine A, vitamine E, vitamines du groupe B (en particulier B6, B12…). Bien entendu, les fruits et légumes sont de gros pourvoyeurs de vitamines.

 

Eric Allermoz

 

Sources : www.cerin.org

Le menu vitalité du cerveau  www.letemps.ch

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE