Prendre soin de sa flore intestinale

0
1261
digestion flore

La flore intestinale, encore appelée flore digestive ou microbiote joue un rôle clef pour notre santé et notre immunité. En prendre soin, c’est se prémunir de nombreuses maladies et dérèglements.

 

 

La flore intestinale, encore appelée microbiote intestinale, est composée de centaines de milliards de bactéries, virus, parasites, champignons non pathogènes… présents dans les organes du tube digestif (intestin grêle, côlon…). De la qualité de cette flore (sa diversité, le nombre de bactéries….), dépend en grande partie notre capital santé.

 

Car la flore intestinale  gouverne nos défenses immunitaires et bien d’autres aspects importants du fonctionnement de notre organisme (synthèse de vitamines, assimilation de nutriments grâce à un ensemble d’enzymes…). Lorsque la flore est désorganisée, les ennuis commencent : fatigue, allergies, obésité, diabète, inflammations diverses, maladies dégénératives…

 

 

Eviter d’affaiblir la flore

 

 

Nous pouvons protéger et renforcer cette flore digestive. D’abord en évitant de l’affaiblir. Premier réflexe, éviter la mauvaise alimentation : aliments périmés, surgelés incertains, produits industriels chargés en additifs (donc aggressifs pour la flore), viande bas de gamme (parfois porteuse d’hormones ou d’antibiotiques)… L’alcool, le gluten (pour certaines personnes), le sucre et les édulcorants, l’eau trop chlorée… Et bien sûr, la prise élevée ou répétée d’antibiotiques.

 

 

Alimentation végétale, légumes verts

 

 

Corrolaire, une bonne alimentation va être déterminante.  Rège numéro 1, une alimentation très végétale avec un primauté aux légumes verts : haricots verts, salades, épinards, poireaux… De façon plus générale, une alimentation riche en fibres (légumes,, céréales complètes, légumes secs, fruits sechés, fruits rouges…) stimule la diversité du microbiote.

Lire aussi : Des fibres pour un bon microbiote

 

 

Les aliments prébiotiques

 

 

Certains aliments ont une fonction prébiotique : ils nourrissent notamment les « bonnes » bactéries intestinales. Ce sont par exemple l’ail, l’oignon, les poireaux, les topinambours, l’asperge, le coeur d’artichaut, la banane, le miel…

Lire : Les prébiotiques, substrat de nos bonnes bactéries

 

 

Aliments fermentés

 

 

Les aliments fermentés (yaourt, lait fermenté, choucroute, pain au levain..) sont également des renforts de la flore. Certains fromages (gruyère..) contiennent des ferments propioniques. Moins connus que les ferments lactiques, ils contribuent aussi à regénérer le microbiote.

 

 

Bonne associations alimentaires

 

 

Les bonnes associations alimentaires ont aussi un effet. Conseils d’experts : associez les protéines animales (viande, poisson, oeuf) aux légumes verts plutôt qu’à des patates, des pâtes et autres féculents; associez les féculents avec des légumes verts.

 

 

Calme et conscience

 

 

Selon certains gastro-entérologues, la façon de s’alimenter (calme, conscience de l’acte de s’alimenter…) jouent également un rôle. Le travail des intestins, la bonne digestion sont sensibles à un vaste ensemble de messages nerveux et émotionnels transmis par divers neurotransmetteurs et systèmes d’horloge biologique. Respecter la nature de son corps engendre silencieusement de  multiples bénéfices.

 

Aurélie Laroche

 

Sources : Ma bible du ventre. Danièle Festy. Dr Pierre Nys. Leduc Editions. 2016.

sante.lefigaro.fr

journal des femmes

 

AUCUN COMMENTAIRE