Stockage et déstockage des graisses

0
1512
lipides réserves

Notre corps stocke les graisses afin de disposer d’un réservoir d’énergie. Il arrive, par suite de tel ou tel déséquilibre, que nous emmaganisions un peu trop de lipides.

 

Notre corps est programmé pour faire des réserves de lipides, donc d’énergie. Les graisses se stockent dans des cellules spécialisées, les adipocytes, ou tissus adipeux. Les adipocytes blancs (ou tissus adipeux blancs) représentent 15 à 20% du poids d’un adulte.

 

 

Tissu adipeux sous la peau

 

 

Le tissu adipeux, appelé « graisse » ou masse grasse, est surtout présent sous la peau et autour des organes digestifs. Chez les hommes, ce tissu se trouve au niveau du ventre (poignées d’amour, brioche) et chez les femmes, sur la poitrine, les hanches, les cuisses et les fesses.

 

 

Réserves énergétiques

 

 

Les tissus adipeux stockent les triglycérides de l’organisme et représentent des réserves énergétiques du corps.  Lorsque qu’il a épuisé ses réserves de glucides, suite à un jeûne, des efforts physiques intenses, un froid intense, le corps puise dans ces réserves qui sont considérables (de l’ordre de 120 à 130 000 calories). Les triglycérides sont alors retransformés en acides gras et substances appelée glycérols, sources d’énergie de dépannage pour les cellules, le foie, les muscles.

 

 

Excès de gras ou de sucres, accumulation de graisses

 

 

La façon dont on stocke les graisses dans les tissus adipeux varie grandement d’un individu à l’autre, d’une morphologie à l’autre. Une « inégalité » à prendre en compte, souvent oubliée par la publicité et la presse magazine. Un excès de gras, de sucre ou/et d’alcool se traduit par une accumulation de graisses dans le tissu adipeux.

 

 

Réflexe de stockage contre la pénurie

 

 

On peut bien entendu freiner la croissance de tissus adipeux superflus en modérant les apports de gras et de sucres. Il ne s’agit pas de « régime amincissant ». On sait désormais que la plupart des régimes entraîne une diminution de la consommation énergétique du métabolisme, et par le biais de mécanismes de mémorisation, un réflexe de stockage des graisses pour lutter contre d’éventuelles nouvelles pénuries.

 

Lire : Le gras, le plaisir et la récompense

 

 

 Equilibre alimentaire et exercices

 

 

La réduction de tissus adipeux superflus passe en fait par une alimentation plus équilibrée, moins grasse, moins sucrée, plus riche en protéines, en vitamines…

 

Lire : Manger sain, retour sur des principes de base

 

Il semble aussi que le jeûne intermittent (pas de nourriture pendant 12 à 16 heures, par exemple du soir jusqu’au déjeuner le lendemain), ou des dîners légers une fois par semaine puissent contribuer à consommer un peu des graisses stockées. Mais la voie royale reste celle d’une activité physique régulière et du renforcement de la masse musculaire.

 

Lire : Le jeûne rapide

 

 

Activités d’endurance

 

 

Les spécialistes prônent les activités d’endurance (marche, natation, vélo…). Un exercice physique régulier de plus de trente minutes stimule le système hormonal ce qui incite l’organisme à brûler les graisses,  et renforce le tissu musculaire. Une heure de marche à bonne allure permettrait de consommer 600 calories, dont la moitié prélevée sur les graisses stockées.

 

De façon  plus détaillée, les experts conseillent des exercices physiques mêlant efforts intenses courts et temps de récupération, ce qui pousserait l’organisme à puiser dans les réserves.

 

 

Aurélie Laroche

 

 

Sources : www.chups.jussieu.fr

t.verson.free.fr

AUCUN COMMENTAIRE