Surpoids et obésité des enfants

0
268
obesite surpoids enfants

Le surpoids et l’obésité des enfants a plus que doublé en quarante ans. Les résultats d’une étude publiée dans la revue New England Journal of Medecine sont  inquiétants.

 

 

 

Obésité infantile et inconscience alimentaire

 

 

L’obésité infantile est en très forte augmentation. En 2015, on a recensé dans le monde 107,7 millions d’enfants souffrant d’obésité et 603,7 millions d’adultes. Cette dérive est sans doute favorisée par le fait que les enfants n’ont pas conscience de leur corpulence et donc sont relativement « inconscients » par rapport à leur alimentation, a mis en évidence le Centre de contrôle et de prévention des maladies américain.

 

 

Accumulation anormale de graisses

 

 

Le surpoids et l’obésité se définissent comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui représente un risque pour la santé. Un indice de masse corporelle (IMC) élevé (le poids divisé par la taille en mètre au carré), supérieur à 24,5, signale un surpoids. À partir de 30, on parle d’obésité.

 

La France semble moins touchée par ce fléau, selon les auteurs de l’étude, qui soulignent une stabilisation du surpoids chez les enfants. On dénombre néanmoins 16% des garçons et 18% des filles (enfants entre 6 et 17 ans) touchés par le surpoids.

 

 

« Passés 55 ans, sept hommes sur dix en surpoids… »

 

 

Et du côté des adultes, les résultats sont alarmants. Près d’un adulte sur deux est en surpoids, 17% des hommes sont frappés d’obésité. Passé 55 ans, sept hommes sur dix sont en surpoids  (chiffres Esteban – Étude de SanTé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition).

Lire aussi : Surpoids et obésité, des causes multiples et complexes

 

 

Cortège de pathologies

 

 

La réalité française et mondiale est bien celle d’une généralisation du surpoids, d’une expansion de l’obésité, et donc d’un cortège de pathologies associées à la surcharge pondérale : diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, troubles musculo-articulaires, certains cancers (endomètre, sein, colon)… Autant de maladies qui  entraînent de lourdes dépenses de santé, de graves difficultés dans la vie (problèmes d’incapacité), et une réduction de l’espérance de vie.

 

 

Selon les scientifiques et les grandes institutions (OMS, pouvoirs publics….), l’excès de poids et l’obésité peuvent être combattues en préservant les équilibres entre calories consommées et les calories dépensées, en privilégiant une alimentation saine et une activité physique régulière. Mais dans les sociétés modernes actuelles, il n’est pas certain que ces règles de bon sens soient facilement mises en oeuvre.

 

Aurélie Laroche

 

http://www.who.int

http://sante.lefigaro.fr

Source photo : 123rf

 

AUCUN COMMENTAIRE