Un cancer sur deux est évitable

0
142
cancer alcool tabac

Loin d’être une fatalité, le cancer est en grande partie lié à un facteur de risque. Les principaux facteurs sont le tabac, l’alcool, la mauvaise alimentation, la qualité de l’air…  La moitié des cancers pourraient être évités.

 

 

Un cancer sur deux (très exactement 44,4%) est lié à un facteur de risque comportemental. Les principaux facteurs sont le tabac, l’alcool, les rapports sexuels non-protégés, l’alimentation. Autrement dit, si l’on adoptait des comportements raisonnables et sains, on pourrait éviter (en théorie) la moitié des cancers enregistrés dans le monde !

 

 

Facteurs de risque

 

 

C’est l’un des enseignements majeurs de l’étude publiée en août 2022 dans la revue spécialisée The Lancet. Financée par la fondation Bill and Melinda Gates, l’étude utilise les chiffres du « Global Burden of Diseases, Injuries, and Risk Factors Study (GBD) » de 2019 qui couvrent 286 causes de décès, 369 maladies et blessures et 87 facteurs de risque dans 204 pays du monde.

 

 

Tabac, alcool, alimentation, air

 

 

Cette nouvelle enquête rappelle ce que l’on savait mais que l’on a tendance à oublier : l’extraordinaire gâchis humain lié à la consommation de tabac, d’alcool, à une alimentation déséquilibrée, ou encore à la qualité de l’air.

 

Lire : L’obésité et l’agressivité du cancer

 

A l’échelle mondiale, cela représente chaque année 4,45 millions de morts (seconde cause de mortalité) et 105 millions d’années de vie en bonne santé (années transformées en années de maladie et de handicap). L’incidence du cancer et plus forte chez les hommes (2,88 millions de décès) que chez les femmes (1,58 millions).

 

Réduire l’exposition aux risques

 

Le tabac est le plus dévastateur. Il représente chez les hommes 34% des décès par cancer, l’alcool 7,4%. Les décès par cancer attribuables à un facteur de risque ont augmenté de 20,4% de 2010 à 2019. Cela montre bien une forte dégradation des comportements. Les chercheurs en concluent qu’il est essentiel d’améliorer la prévention afin de réduire l’exposition aux risques. Il est également impératif de renforcer le dépistage qui permet de réduire fortement les risques de décès liés au cancer, et cela quelle que soit son origine (comportementale ou non).

 

Lire aussi : L’alimentation qui réduit le risque de cancer

 

Katrina Lamarthe

 

sources : www.lemonde.fr

AUCUN COMMENTAIRE